#BestMuseumBum : le drôle de challenge des musées sur Twitter

#BestMuseumBum : le drôle de challenge des musées sur Twitter
Un challenge qui permet de découvrir des oeuvres de manière ludique.

Lancé fin juin par le musée archéologique de Yorkshire, au Royaume-Uni, le #BestMuseumBum fait de plus en plus d'adeptes en cet été 2020, marqué par une baisse de fréquentation des établissements culturels en raison de la crise sanitaire. De quoi donner aux gens l'envie de revenir en ces lieux ?

Sur Twitter, de plus en plus de conservateurs de musées se lancent dans le #BestMuseumBum et incitent les visiteurs à faire de même. Le but ? Partager sur les réseaux sociaux une photo d'une sculpture ou d'un tableau, en se concentrant uniquement sur les fesses du modèle. Un challenge insolite qui donne de la visibilité aux musées, y compris aux plus petits, et qui vise à inciter le public à revenir voir leurs expositions.

"Une manière ludique de garder le lien"

Des dizaines de musées se sont prêtés au jeu, dévoilant les plus belles fesses en pierre, en bois, en céramique ou en silicone de leurs collections. En France par exemple, le musée du quai Branly-Jacques Chirac a publié un "moulage en silicone d'un dos masculin tatoué" avec un "motif inspiré de la tradition japonaise du théâtre nô". Les Musées de Strasbourg ont quant à eux partagé les fesses musclées du Adam de Maerten Van Heemskerck. Une participation commentée par leur responsable de communication pour France 3 : "C'est une manière ludique de garder le lien avec nos visiteurs, de faire vivre nos musées autrement, d'imaginer d'autres manières de communiquer en ces temps difficiles pour les musées. Les réseaux sociaux le permettent même si on est d'accord, rien ne vaut le contact direct avec les oeuvres."

Grâce aux diverses participations, le hashtag #BestMuseumBum permet de découvrir une belle exposition de popotins en ligne. Rendez-vous ensuite directement dans les musées pour admirer vos postérieurs préférés en 3D !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.