Agnès Varda : Correspondances, une exposition d'archives intimistes et inédites

Agnès Varda : Correspondances, une exposition d'archives intimistes et inédites
Agnès Varda et son compagnon Jacques Demy, photographiés en France dans les années 1970.

Première étape d'une trilogie d'expositions qui s'étendra sur trois ans, "Agnès Varda : Correspondances" dévoile des écrits inédits de la grande cinéaste. Jusqu'au 6 septembre 2020 au Palais Idéal du Facteur Cheval !

"Regarde-les ! Comment ne pas penser à tes demoiselles jumelles qui étaient des soeurs devant les soeurs Cholmondeley qui ont l'air de jumelles. Ah... les noms... Si la belle et rousse Yvonne avait refusé de s'appeler Madame Dame, moi j'ai bien aimé être la moitié d'un Demy", écrit Agnès Varda devant une peinture du Tate Britain, avant d'expédier la carte postale à l'adresse du cimetière du Montparnasse où est enterré son époux cinéaste. Ces pépites s'exposent par dizaines au somptueux Palais Idéal du Facteur Cheval dans la Drôme, jusqu'au 6 septembre. Ce lieu, admiré par l'artiste de son vivant, est l'écrin idéal pour contempler ses archives personnelles et inédites. Au cours de son existence, la réalisatrice de "Cléo de 5 à 7" n'aura cessé ses correspondances poétiques avec ses amis Chris Marker, JR, Alexandre Calder, Jacky Patin ou Kikie Crêvecoeur.

Un florilège d'affaires personnelles

Outre les papiers remplis de sensibilité de la mère de Mathieu Demy et Rosalie Varda, quelques objets sont montrés tels des cadeaux de spectateurs ou le meuble dans lequel elle entreposait son courrier. Nombreuses photographies liées à sa filmographie sont également visibles. Le plus émouvant reste l'échange à sens unique de celle qui est décédée en 2019, à l'âge de 90 ans, avec son défunt mari Jacques Demy. "Mais quel couple ! Elle est en chair et il est en os. J'attends que tu viennes me tirer les cheveux. Toi mon amour. Toi squelette avec une alliance aux doigts", note-t-elle en accompagnant ses mots d'un petit coeur.

"Agnès Varda : Correspondances", jusqu'au 6 septembre 2020 au Palais Idéal du Facteur Cheval.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.