GAFA, NATU... qui sont les fameux géants du Web ?

Chargement en cours
GAFA et NATU font partie intégrante de votre quotidien. Savez-vous seulement de quoi il s'agit ?
GAFA et NATU font partie intégrante de votre quotidien. Savez-vous seulement de quoi il s'agit ?
1/2
© iStock, mattjeacock

Vous les utilisez au quotidien et ce peut-être même sans le savoir. GAFA, NATU ou encore BATX sont des acronymes dont vous avez certainement entendu parler. Mais savez-vous vraiment ce(ux) qu'ils désignent ?

Il prennent de plus en plus de place dans le langage informatique mais également dans la vie des internautes et dans l'actualité. GAFA(M), NATU, BATX... ces acronymes désignent les géants du Web, soit la grosse quinzaine d'entreprises au capital énorme qui règnent d'une main de fer sur le numérique.

Des mastodontes de la Toile

Utilisé dans les années 2000, l'acronyme GAFA évoque Google, Apple, Facebook et Amazon. L'acronyme NATU apparu à l'aube des années 2010 désigne les sociétés et start-up plus récentes que sont Netflix, Airbnb, Tesla et Uber. Enfin BATX est utilisé en Asie pour parler des leaders de la high-tech présents notamment en Chine : le moteur de recherche Baidu, le site de e-commerce Alibaba, le site de services (messageries, réseau social...) Tencent et l'entreprise technologique Xiaomi.

Derrière les deux premiers acronymes, GAFA (parfois GAFAM, "M" pour Microsoft) et NATU, se cachent plus largement l'ensemble des poids lourds du Web parmi lesquels on retrouve également Twitter, LinkedIn ou Yahoo. À eux seuls, ils génèrent un trafic colossal sur la Toile et regroupent des milliards d'utilisateurs plus ou moins actifs. Le développement des smartphones permettant une connexion quasi permanente a évidemment joué en leur faveur. De quoi générer des milliards de dollars de capital et ainsi leur permettre de se développer encore et encore.

Des services différents mais un objectif commun

Ces acteurs n'ont toutefois pas le même rôle. Ainsi, Amazon est depuis la fin des années 1990 la plus importante entreprise de commerce en ligne tandis que Google s'illustre comme la société qui détient le monopole de la recherche sur le Web (elle détient également YouTube). De leurs côtés, Facebook (plus de deux milliards d'inscrits) et Twitter (plus de 300 millions d'utilisateurs mensuels) sont les poids lourds des réseaux sociaux. Enfin, côté NATU, l'application Uber mise sur le service de transport, Airbnb sur la location de logements de particuliers et Netflix sur l'offre de films et de séries télévisée en flux continu moyennant un abonnement. Ces dernières sociétés ont amplifié le phénomène d'ubérisation : elles proposent un "nouveau" modèle économique grâce au digital, qui peut potentiellement remettre en cause l'économie dite "traditionnelle".

Quand bien même, si GAFA et NATU oeuvrent dans des domaines différents, leur objectif est le même : offrir des services au plus grand monde et développer leur empire pour faire grossir leur capital.

Des acteurs dans le viseur de l'Europe

Reste que ces "géants du web" sont majoritairement américains. De quoi poser quelques problèmes côté européen puisqu'ils ne peuvent être taxés en Europe. Raison pour laquelle la Commission européenne a décidé de prendre les devants. Un projet défendu depuis plusieurs mois par Emmanuel Macron. "Nous ne pouvons pas accepter d'avoir des acteurs européens qui sont taxés et des acteurs internationaux qui ne le sont pas, des acteurs du numérique qui n'ont aucune taxe et qui viennent concurrencer des acteurs de l'économie traditionnelle qui, eux, la paient", assurait le président de la République en septembre 2017. Objectif : taxer les GAFA à hauteur de 3% sur leurs revenus.

Mais la réputation de certains GAFA et autres NATU tend aussi à se salir. Apple a ainsi vu la justice française ouvrir une enquête en 2017 pour "tromperie" et "obsolescence programmée" et Facebook a récemment été pointé du doigt pour avoir utilisé illégalement les données de millions d'utilisateurs. Leur empire est-il en déclin ? Seul l'avenir le dira.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.