Drones : en quoi peuvent-ils représenter un danger ?

Chargement en cours
L'utilisation de drone par des particuliers se démocratise, soulevant de nouvelles questions de sécurité.
L'utilisation de drone par des particuliers se démocratise, soulevant de nouvelles questions de sécurité.
1/2
© Adobe Stock, hedge1

Jessica Xavier

Les drones sont les nouveaux jouets high-tech de bon nombre de Français. Mais ces nouveaux engins télépilotés sont-ils sans danger ? Eléments de réponse.

Début mai 2019, pour la première fois, un drone livrait un organe pour qu'il soit greffé. Si les UAV (acronyme anglais de drone) sont déjà légion dans l'armée et la sûreté, ils commencent à percer sur le marché des entreprises et des particuliers. 175 000 drones ont notamment été enregistrés aux États-Unis pour la seule année 2018, d'après Presse Citron, faisant naître des questions liées à la sécurité et au respect de la vie privée.

Les drones autour des zones sensibles

Les drones ne peuvent pas voler n'importe où. Ils ont interdiction de voler au-dessus des aéroports, des centrales nucléaires, dans les agglomérations, autour des voies ferrées ou encore au-dessus des bases militaires. Pourtant, ces interdictions sont régulièrement bravées (Greenpeace lançant un drone contre une centrale nucléaire française, un drone survolant l'aéroport de Londres...) questionnant la sécurité autour de ces sites.

Notre conseil : Vous possédez un drone ? Pour connaître les zones de survol autorisées (et éviter une amende et/ou la confiscation de votre équipement), consultez le portail geoportail.gouv.fr.

Les drones, un danger pour notre vie privée ?

Il est facile de lancer un drone espion dans le jardin de son voisin, violant ainsi son intimité. Pour éviter ce genre de dérive, la législation est stricte : un particulier n'a pas le droit de voler au-dessus de populations et ne peut pas les filmer à leur insu. Les drones ne sont pas autorisés en agglomérations. En campagne, ils ne sont pas autorisés dans les zones d'habitation. Si vous habitez hors zones urbaines, vous pouvez vous amuser dans votre jardin mais sans voler trop haut pour ne pas faire d'intrusion dans la vie privée de votre voisin.

Les drones, nouvelle arme pour les terroristes ?

En 2018, c'est le fort de Brégançon dans lequel se trouvait en vacances le président Emmanuel Macron qui a été survolé par un drone. Une nouvelle intrusion qui soulevait la question de l'utilisation des aéromodèles à des fins malveillantes voire d'attentat. D'autant plus que Daech, à une époque, tentait d'équiper des drones d'explosifs. L'un des appareils jeté sur des militaires en avait tué deux et blessés deux autres. D'après les spécialistes, certains aéronefs pourraient transporter jusqu'à 6 kilos de charge, soit autant d'explosifs. Certains rapporteurs tempèrent un peu leur utilisation à des fins terroristes : en zone urbaine, le pilote doit se trouver à 5 kilomètres maximum de son drone pour éviter les interférences, l'autonomie de la batterie diminue de façon proportionnellement inverse à la charge transportée et le coût de ces appareils super performants pourrait être un frein à leur utilisation.

Cependant, le vrai danger avec les drones se situe plutôt du côté de l'aviation. Si un appareil venait à entrer en collision avec un avion, il pourrait provoquer de vraies destructions. D'après Futura Sciences, c'est d'ailleurs sur la protection des aéroports lors des décollages et atterrissages que se concentrent les efforts de sécurité à l'encontre de drones malveillants, afin d'éviter qu'ils ne se transforment en oiseaux de mauvais augure.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.