Comment lutter contre l'obsolescence programmée ?

Chargement en cours
Si l'entretien, indispensable pour palier l'obsolescence programmée, ne suffit pas, il est possible de réparer soi-même le produit.
Si l'entretien, indispensable pour palier l'obsolescence programmée, ne suffit pas, il est possible de réparer soi-même le produit.
1/2
© iStock, Kerkez

Les produits, qui ne répondent soudainement plus à leurs usages habituels, sont envoyés à la poubelle. Le matériel défectueux est-il véritablement voué à la casse ? La résistance à l'obsolescence programmée s'organise à travers quelques conseils.

Un lave-linge en panne, un smartphone cassé, une cafetière qui tombe en carafe... Ces petits soucis du quotidien sont souvent accusés d'être causés par l'obsolescence programmée. De quoi a'agit-il ? Pour celles et ceux qui ne le savent pas, cette expression traduit la durée de vie des appareils électroniques, volontairement écourtée par les fabricants pour pousser le consommateur à racheter du neuf, autrement dit à renouveler un achat.

Depuis le 17 mars 2014, la loi Hamon permet de lutter contre ces pratiques industrielles qui poussent à des dérives de la consommation. "Tout stratagème par lequel un bien voit sa durée de vie sciemment réduite dès sa conception limitant ainsi sa durée d'usage pour des raisons de modèle économique" est considéré comme un délit, passible de sanctions pénales. Face à la désuétude planifiée, il existe une pluralité de solutions.

S'informer et bien choisir le produit

Avant de débourser son argent pour un nouvel appareil électroménager ou autre, l'important est d'être avertie. Ainsi, l'utilisateur doit veiller à acheter un produit durable, saisir quels objets d'un catalogue sont les moins performants et opter pour une consommation responsable. Des sites spécialisés, comme Produitsdurables.fr de l'association HOP (Halte à l'Obsolescence Programmée), démasquent les pratiques commerciales trompeuses. Chaque référence obtient un score qui guide vers le meilleur choix. Lemarchecitoyen.net recense les enseignes qui regorgent de marchandises durables tandis que MaGarantie5ans.fr assure une durée de vie minimale de cinq ans pour chacune de ses propositions.

La réparation chez soi ou avec l'aide de bénévoles

Si l'entretien, indispensable pour éviter les accrocs, ne suffit pas, il est possible de réparer soi-même les déficiences. Le Do It Yourself, c'est tendance ! La première alternative est de s'en occuper depuis son domicile en consultant les tutoriels. Des milliers de particuliers se réfèrent à CommentReparer.com, Jerepare.fr ou Spareka.fr, qui ont déjà fait leurs preuves. Ces sites proposent des vidéos explicatives, des pièces détachées adaptées ou même une aide par visioconférence avec un technicien. Les moins débrouillards pourront trouver de l'aide auprès de bricoleurs bénévoles lors des "Repair Cafés". Ces événements sont l'occasion de réunions amateurs comme professionnels pour donner un coup de main aux nécessiteux. Les Fab Lab ("laboratoire de fabrication") et les Ressourceries sont aussi des espaces collaboratifs qui permettent de prolonger l'existence. Le dépanneur, c'est vous !

Oser la location du matériel

L'association Les Amis de la Terre a développé une carte de France des "Produits pour la vie" qui répertorie les lieux coopératifs où "réparer, louer, donner, échanger ou acheter". Sur la Toile, d'autres espaces, comme Lokeo, Zilok ou e-loue, offrent la possibilité de louer du matériel. Pour les adeptes de l'high-tech et du fast fashion, la location est une alternative ingénieuse. "De nombreuses enseignes fleurissent pour proposer de la location d'électroménager et de multimédia à des tarifs attractifs. Cela permet de toujours disposer d'appareils à la pointe de l'innovation. Ecrans plats, lave-vaisselle, ordinateurs... tout se loue et ce concept réduit le nombre d'appareils en circulation pour le bien-être de votre porte-monnaie et de la planète", explique le site Obsolescence. Darty ou encore Boulanger ont cédé à cette nouvelle mode.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.