Se marier à l'étranger, comment ça marche ?

Chargement en cours
Avant de se marier sous les palmiers, il faut respecter quelques formalités.
Avant de se marier sous les palmiers, il faut respecter quelques formalités.
1/2
© iStock, ozgurcankaya

Qui n'a jamais rêvé de se marier, les pieds dans le sable, sur une île paradisiaque ou dans l'une des chapelles kitsch de Las Vegas aux côtés d'Elvis Presley ?

Ces fantasmes peuvent devenir réalité sous réserve de bien connaître toutes les conditions nécessaires à l'union. S'échanger des alliances à l'autre bout du monde implique une préparation minutieuse et l'exigence de s'y prendre plusieurs mois à l'avance. Faire déplacer tante Germaine de la Creuse à Bora-Bora impose une logistique rondement menée. De même, le budget est sérieusement à envisager. Avec les billets d'avion et les frais d'hôtel, sans compter les activités pour se divertir avec les invités et l'assistance éventuelle d'un traducteur, un mariage dans une destination idyllique et insolite hors de France coûte cher. Une fois que le couple a trouvé ses propres réponses à ses interrogations et décide de convoler à l'étranger, il doit prendre connaissance au préalable d'autres modalités.

Cérémonie symbolique ou civile : choisir l'endroit

Il y a ces mariages rapides pour le "fun" et ceux qu'on voudrait véritablement inscrits sur le registre d'état civil français. Pour une union hors de nos frontières, l'un des deux demandeurs doit être de nationalité française. Attention toutefois au lieu choisi pour la formulation des voeux ! Les célébrations de certains pays ne sont juridiquement pas reconnues sur le sol français. S'unir à Tahiti et Bali est symboliquement possible. Aucune formalité administrative n'est demandée mais cela n'aura aucune valeur au retour des amoureux dans l'Hexagone. En revanche, se dire "oui" à Las Vegas, aux Seychelles, à Venise, aux Caraïbes ou encore à New York est recevable ! Aucune liste officielle n'a été formulée par l'État. Il faut donc se renseigner au cas par cas via les ambassades et mairies du pays concerné.

Se promettre de s'aimer à la vie, à la mort mais devant qui ?

Pour devenir légitimement mari et femme, les futurs époux doivent se fier aux autorités compétentes. Les ambassadeurs et les consuls de France peuvent procéder à un mariage qui sera automatiquement reconnu sur notre territoire. Un officier de l'État civil local, comme un maire d'un village italien ou portugais, peut également remplir ces fonctions. Dans ce cas précis, il est indispensable de faire la transcription de l'union pour être inscrit sur les registres d'état civil français. Dans un délai de quarante jours à trois mois généralement sera alors délivré aux époux le livret de famille et les copies certifiées conformes de l'acte de mariage.

En amont, les deux possibilités exigent de donner un nombre variable de documents administratifs. Le dossier est principalement rempli d'une copie d'acte de naissance datant de moins de trois mois, d'un justificatif de nationalité française, d'un justificatif d'identité accompagné d'une photographie et d'un justificatif de domicile. Selon les souhaits des différents pays, la liste présente de minimes variations. Impossible également de ne pas passer par la publication des bans, plus de deux mois avant le mariage comme le requiert l'article 63 du Code civil, pour obtenir un certificat de "capacité de mariage" à l'étranger ! Maintenant que tout est plus clair, plus de raison de patienter pour faire le grand saut.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.