Reconversions professionnelles : pourquoi explosent-elles ?

Chargement en cours
Désormais les gens sont à la recherche d'un métier en adéquation avec leurs valeurs.
Désormais les gens sont à la recherche d'un métier en adéquation avec leurs valeurs.
1/2
© Adobe Stock, olly

Nombreux sont ceux à aspirer à une nouvelle vie. Si pour certains cela signifie déménager, d'autres prennent un nouveau départ en changeant de métier. Mais entre l'envie et l'action, les Français osent-ils vraiment sauter le pas ?

Selon une étude du Ministère du Travail, publiée en 2018, "22 % des personnes en emploi ont changé de métier", entre 2010 et 2015. Ce fait concerne un tiers des 20-29 ans, et s'applique le plus souvent sur les personnes qui possèdent un contrat à durée déterminée. L'étude précise également que "les mobilités sont plus fréquentes lorsque le métier exercé initialement requiert des compétences transférables dans d'autres domaines" : "C'est le cas dans l'électricité-électronique et l'artisanat, où plus de trois personnes sur dix changent non seulement de métier mais aussi de domaine professionnel à cinq ans d'intervalle." À l'inverse, dans les différents domaines d'activité où l'accès à la profession se fait sur concours, "la mobilité est plus limitée".

Et pourtant, d'après une étude du groupe AEF pour Nouvelle Vie Professionnelle rapportée par le site academy.visiplus.com, mise en avant un an auparavant, "64% des personnes interrogées désirent ardemment changer de métier", et seulement 8% d'entres eux "n'ont jamais envisagé sérieusement de changer de métier ou de secteur d'activité faute d'une bonne idée de reconversion, par peur du risque, manque de confiance en leurs capacités ou tout simplement parce qu'ils ont déjà trouvé un job qui les satisfait pleinement !"

Les raisons qui poussent les Français à changer de métier

Toujours selon l'étude AEF, 70% des personnes souhaitant changer d'activité professionnelle justifient cette envie en s'appuyant sur le fait qu'ils préfèrent "exercer une activité plus en phase avec leurs passions ou leurs valeurs". Désormais la population aspire à une meilleure qualité de vie au bureau, mettant au second plan, les motifs comme l'espoir d'obtenir un meilleur salaire. En effet dans l'étude, la première raison donnée par les sondés est ainsi l'envie d'une activité qui est plus en phase avec les valeurs du travailleur, puis est évoqué l'ennui dans son activité actuelle, seulement en troisième place vient le motif de vouloir gagner un meilleur salaire. S'ajoute à cela, le fait de vouloir rebondir après un incident professionnel, comme un licenciement. D'autres souhaitent plus de souplesse, comme pouvoir faire du télétravail, s'ils le souhaitent. Arrive ensuite l'envie d'être son propre patron, ou pour découvrir de nouveaux horizons. Et enfin, la dernière raison évoquée est celle qui concerne les contraintes familiales.

Mais pourtant, au-delà de leurs envies, les Français sont peu nombreux à sauter le pas. Et parmi ceux qui hésitent, 38% indiquent qu'ils ne savent tout simplement pas par où commencer, et ce n'est pas tout, puisque les autres évoquent "le manque d'accompagnement, la crainte de ne pas avoir les compétences nécessaires ou tout simplement la peur de sortir de sa zone de confort sont aussi des motifs d'hésitation courants".

Ainsi, si on dénombre moins de reconversions chez les 18-30 ans, 69% d'entre eux rêvent déjà de changer de métier. Entre 30 et 50 ans, 29% ont déjà changé de métier, et 64% souhaitent que cela arrive. Enfin chez les plus de 50 ans, 30% sont déjà en reconversion professionnelle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.