Qui sont les agriculteurs français d'aujourd'hui ?

Chargement en cours
Les agriculteurs ont des revenus plus faibles que les autres professions.
Les agriculteurs ont des revenus plus faibles que les autres professions.
1/2
© iStock, South_agency

Du 22 février au 1er mars prochain se déroulera la 57ème édition du Salon International de l'Agriculture à Paris. Découverte des tendances dans l'agriculture, aperçu des nouveautés, des techniques ou bien échanges avec les producteurs, la liste des raisons de se rendre à événement est longue mais connaissez-vous réellement le profil de nos agriculteurs aujourd'hui ?

En 2020, un agriculteur français a en moyenne 52 ans (11 ans de plus que l'âge moyen des actifs dans d'autres secteurs). Il travaille sur l'une des 448 500 exploitations agricoles (MSA, 2018) installées en France, et particulièrement à l'ouest du territoire, du Calvados aux Pyrénées-Atlantiques. Il dispose en moyenne de 63 hectares, soit 7 hectares de plus qu'en 2010, et dans 50% des cas, spécialise son exploitation en production végétale.

En ce qui concerne les agricultrices, elles représentent 30% des actifs agricoles et 27% des dirigeants d'exploitations. Elles n'hésitent pas à commencer leur activité à un âge plus avancé que les hommes (25% d'entre elles s'installent après 45 ans contre 6% des hommes seulement) et dans des structures plus petites. Elles sont davantage présentes dans les productions ovines, viticoles et caprines.

Combien gagnent-t-ils en moyenne ?

Les agriculteurs continuent à avoir des revenus bien plus faibles que les autres professions. D'après une étude de la Mutualité sociale agricole (MSA, 2016), ils ne gagnent en moyenne que 15 000 euros par an, soit 1250 euros moyen par mois. Un tiers des agriculteurs touche moins de 350 euros par mois et vivent sous le seuil de pauvreté.

En 2017, 20% d'entre eux n'ont pas obtenus de revenus de leur activité ou bien sont en déficit. Selon l'Insee, la part d'exploitations sans revenus est particulièrement élevée dans la production de céréales et grandes cultures (30 %) et dans l'élevage d'ovins, caprins, équidés et autres animaux (28 %).

Quelles transformations connait le métier d'agriculteur ?

Entre 2000 et 2016, la France a perdu un quart de ses exploitants et l'activité agricole n'est plus assurée de la même façon. Aujourd'hui, le métier d'agriculteur tend à se rapprocher de celui d'un chef d'entreprise dans d'autres secteurs d'activité.

Certains agriculteurs travaillent seuls, mais de plus en plus font appel à des salariés, des prestataires externes et délèguent même parfois des parts entières de leur activité pour palier à la diminution de la main-d'oeuvre familiale, au renforcement des compétences techniques et à la taille des exploitations, de plus en plus grandes.

Qui sont les nouveaux dirigeants d'exploitations ?

Les nouveaux dirigeants ne sont plus forcément issus des familles d'agriculteurs. Les difficultés du quotidien et les nombreuses attentes sociétales ont tendances à dissuader les conjoints et enfants d'agriculteurs de reprendre l'exploitation familiale, au profit de citadins qui s'installent en milieu rural à la recherche de sens en leur métier. Actuellement, un tiers des installations se fait hors du cadre familial et 20% des agriculteurs n'ont pas de parents dans le secteur (+10% en vingt-cinq ans).

Les jeunes dirigeants sont aujourd'hui en quête de rentabilité et de flexibilité pour leurs exploitations, ils optent pour des espaces plus grands que leurs aînés. Les agriculteurs doivent faire preuve de compétences de plus en plus pointues et variées et la nouvelle génération donne plus d'importance aux études supérieures avant de s'installer.

Sources : Actif'Agri, Agreste, Communication-Agriculture, Statistiques MSA (Mutualité sociale agricole), Insee.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.