La Poste : et si la distribution quotidienne du courrier disparaissait ?

Chargement en cours
La distribution quotidienne du courrier pourrait être vouée à disparaître.
La distribution quotidienne du courrier pourrait être vouée à disparaître.
1/2
© Adobe Stock, Kzenon

Marine de Guilhermier

En août 2018, Bpost, l'équivalent de La Poste en Belgique, annonçait vouloir arrêter de distribuer le courrier tous les jours. Mais qu'en est-il de la poste française ? Pourrait-elle être obligée à prendre cette même mesure drastique dans le futur ? Éléments de réponse.

C'est un fait, depuis l'avènement d'Internet et des smartphones, les gens délaissent peu à peu lettres et autres cartes postales. Résultat, les services postaux du monde entier doivent faire face à un déclin de leur activité, à tel point que certains envisagent de faire disparaître la distribution quotidienne du courrier. C'est le cas en Belgique, où le PDG de Bpost, Koen Van Geven, réfléchit très sérieusement à la question. "Le client nous dit que le courrier papier n'est plus un moyen prioritaire pour une communication urgente. Le client peut vivre avec un courrier qui arrive non pas le lendemain mais deux ou trois jours plus tard", avait-il expliqué au journal Le Soir en août dernier. Ce serait ainsi une solution pour enrayer la perte de chiffre d'affaires à laquelle l'entreprise est confrontée depuis quelques années (266 millions d'euros entre 2013 et 2017).

Une situation un peu différente en France

En France aussi, La Poste souffre de la baisse de courriers envoyés. "Entre 2009 et 2014, le nombre annuel de plis distribués est passé de 15,9 à 12,9 milliards (-22%) et cette baisse pourrait encore s'accélérer à l'avenir. Elle ampute le chiffre d'affaires de La Poste d'environ 500 millions d'euros chaque année", prévenait la Cour des comptes en 2016. Mais, contrairement à Bpost, l'année 2017 a vu le chiffre d'affaires de l'entreprise remonter de 3,5%, grâce notamment à l'activité banque de La Poste est au nombre de colis envoyés qui, contrairement à celui des lettres, augmente de jour en jour.

Surtout, La Poste ne peut légalement pas diminuer ses tournées avant 2026, date jusqu'à laquelle elle doit jouer son rôle de prestataire du service universel. Un rôle qui prévoit "des services de levée et de distribution 6 jours sur 7 sur tout le territoire", comme l'explique le site du groupe, qui précise également : "Il garantit à tous les usagers, de manière permanente et sur l'ensemble du territoire national, des services postaux répondant à des normes de qualité déterminées. Ces services sont offerts à des prix abordables pour tous les utilisateurs."

Un équilibre à trouver

Pour autant, le déclin du courrier reste préoccupant pour La Poste. C'est pourquoi le groupe cherche à tout prix à se diversifier. Ainsi, après s'être ouverte au marché bancaire avec La Banque postale en 2006 et à celui de la téléphonie mobile en 2011, l'entreprise développe désormais des services de proximité comme la livraison de courses et de repas ou l'aide aux personnes âgées. "Le facteur réalise aujourd'hui une à deux prestations de service en moyenne par semaine ; il en fera une à deux par jour en 2020", assurait Philippe Dorge, directeur général adjoint de La Poste en charge de la branche services-courrier-colis dans un article du Monde publié en juin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.