La Covid signera-t-elle la fin de la bise ?

Chargement en cours
Bien que répandue en France, la bise n'est pas appréciée de tous.
Bien que répandue en France, la bise n'est pas appréciée de tous.
1/2
© Adobe Stock, JackF

Depuis environ un an, plus personne (ou presque) ne se fait la bise en France. Pourtant, dans l'Hexagone, cette tradition remonte à plusieurs siècles. Alors, notre attachement pour cette manière de nous saluer nous conduira-t-il à reprendre cette habitude dès la fin de la pandémie ? Ou bien allons-nous définitivement arrêter de nous embrasser pour nous dire bonjour ? Explications.

La bise, un rituel incontournable en France

S'il est fait mention de la bise dès l'Antiquité dans des pays come l'Inde ou l'Italie, difficile de savoir précisément quand cette habitude a été adoptée en France. Toujours est-il qu'à l'heure où d'autres nations privilégient la poignée de mains ou l'accolade, l'Hexagone tient particulièrement à la bise, pour se dire bonjour ou au revoir. Un rituel plus souvent imposé aux femmes qu'aux hommes et qui diffère selon les régions : une bise ici, deux bises là, parfois trois ou quatre, en partant tantôt de la joue gauche et tantôt de la joue droite.

Un petit geste parfois contraignant

Très présente dans la culture française, la bise n'est pourtant pas appréciée de tous. La plupart des hommes ne l'utilisent que pour saluer les personnes dont ils sont proches (amis, famille..), et choisissent la poignée de mains pour les contacts moins intimes. Mais pour les femmes, mis à part dans un contexte professionnel, la bise est toujours attendue, imposant donc un contact physique, parfois avec des inconnus. La pratique, considérée comme chaleureuse et conviviale par certains, est jugée contraignante, sexiste ou simplement fatigante par d'autres. C'est pourquoi, sur les réseaux sociaux, nombreuses sont les personnes à avoir signalé que l'absence de bise était un des bons côtés de cette pandémie.

Vers la fin de la bise avec les collègues et les inconnus ?

Alors, quel avenir pour la bise en France ? À ce sujet, franceinfo a interrogé l'anthropologue David Le Breton et l'économiste Marie-Claire Villeval. Tous deux s'accordent à dire que la bise ne va pas disparaître en France, mais qu'elle se concentrera sans doute sur les relations fortes, notamment amicales et filiales. "Beaucoup de femmes s'autoriseront davantage à dire qu'elles ne veulent plus être embrassées et tout le monde pourra l'entendre", a ainsi indiqué le premier. "La bise entre collègues ou entre inconnus va sans doute être moins fréquente. On va peut-être se rapprocher des modèles nordiques où l'on ne se fait pas la bise. Les humains ont d'autres outils pour se reconnaître", a analysé la seconde.

Par quoi remplacer la bise ?

Depuis le début de la crise sanitaire, d'autres moyens de se saluer ont vu le jour, dont le coude-à-coude. Si la poignée de mains contribue elle aussi à la transmission des virus, il est possible d'incliner le buste, de mettre sa main sur son coeur, de faire un petit signe de la main ou simplement de sourire, dans le cas où le masque n'est pas de mise. Quant au futur de la bise, il dépendra surtout de la durée de cette pandémie et des recommandations l'accompagnant. Plus cette période sera longue et moins les Français reprendront cette habitude !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.