L'avenir du cirque sera-t-il sans animaux ?

Chargement en cours
En 2017, les Français étaient 14 millions à venir admirer le roi des animaux sauvages, symbole du cirque traditionnel.
En 2017, les Français étaient 14 millions à venir admirer le roi des animaux sauvages, symbole du cirque traditionnel.
1/2
© Adobe Stock, Andrey

Le cirque allemand Roncalli est le premier dans le monde à avoir créé un spectacle animalier uniquement grâce à des hologrammes. Un choix que semble approuver le public : "Le spectacle en 3D était formidable. Ce n'est plus la peine de faire souffrir de vrais animaux", déclarait une spectatrice au magazine Nous, les Européens diffusé le 2 février 2020 sur France 3. En France, 65% des Français se disent "défavorables" à la présence d'animaux sauvages dans les spectacles de cirque, selon une étude Opinion Way réalisée du 9 au 10 octobre 2019. Dans le même temps, du côté des circassiens, la question divise. Alors, est-ce la fin du cirque traditionnel ?

Le 24 novembre 2017, un tigre s'échappe du cirque Bormann, installé dans le 15e arrondissement à Paris. Il est abattu par le personnel du cirque. Un geste fatal qui suscite une vague d'indignation chez plusieurs associations de protection animale mais aussi chez de nombreux Français et qui pose la question de la présence des animaux sauvages dans les cirques.

Une prise de conscience collective

Quelques jours avant le drame, dans un courrier rendu public dans la presse française, quinze philosophes, scientifiques et historiens dénoncent les méthodes de dressage et de captivité dans les cirques et appellent la Mairie de Paris à interdire dans la capitale, les représentations avec des animaux sauvages : "Nous demandons au Conseil de Paris de ne plus autoriser les cirques présentant des spectacles utilisant des animaux. Il s'agirait d'un acte politique fort qui démontrerait la capacité de la ville à entendre les préoccupations grandissantes de la population en matière d'éthique animale et à se placer comme un exemple pour la France et le monde entier". Extrait paru dans le magazine Science et Avenir le 24 novembre 2017.

Un cirque sans animaux, une première en France

En France, seuls deux cirques ont totalement renoncé aux animaux sauvages : le cirque Phénix et le cirque Bouglione : "Fallait-il continuer à travailler comme nous l'avions toujours fait, alors que près de 70% de la population ne veut plus voir d'animaux dans les cirques ? La réponse était non, bien évidemment" explique le couple Bouglione au site Le Bonbon le 4 mars 2020. Ils imaginent alors un "éco-cirque", un spectacle d'un genre nouveau, éco-responsable et sans animaux, dont le lancement devrait être prévu en mai prochain à Montpellier.

Paris acte la fin des animaux sauvages dans les cirques

Dans le monde, depuis quelques années, une quarantaine de pays a voté contre la présence d'animaux sauvages dans les cirques. En France, le Conseil de Paris a voté la fin des spectacles d'animaux sauvages dans les cirques dès 2020, moyennant une aide financière à la reconversion. Pour certains circassiens, cette mesure est politique pour d'autre comme le fondateur du cirque Phénix : "On peut être contre la présence des animaux sauvages, on peut renforcer la loi. Mais je suis opposé à une interdiction totale. Ils font partie de l'identité, de l'ADN du cirque." expliquait-il au JDD, le 21 décembre 2017.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.