Diplôme, formation... que faire sans le baccalauréat ?

Chargement en cours
Rater son baccalauréat ou choisir de ne pas le passer ne ferme pas la porte aux études.
Rater son baccalauréat ou choisir de ne pas le passer ne ferme pas la porte aux études.
1/2
© Adobe Stock, andreaobzerova

Solène Filly

Le baccalauréat est souvent considéré comme un sésame indispensable pour continuer ses études, pourtant cela n'est pas toujours le cas. S'il est évidemment possible de le repasser, et ce, à tout âge, de nombreuses formations et diplômes sont accessibles aux non-bacheliers.

Chaque année, plusieurs centaines de milliers de candidats à travers la France se mesurent aux épreuves du bac. Et s'ils sont nombreux à compter sur ce diplôme afin de poursuivre les études de leur choix, ne pas obtenir son bac ne signifie pas mettre fin à son éducation.

BTS, diplôme d'État, titres professionnels...

En effet, certains établissements publics proposant des BTS, que ce soit dans le tourisme, la vente, le commerce, la comptabilité etc., sont ouverts aux non-bacheliers, même s'il est souvent demandé aux candidats de justifier d'une moyenne d'au moins 8/20 au bac, ou de le repasser à la fin de la première année.

Autre solution, la capacité en droit, un diplôme d'État qui se prépare en 2 ans, souvent en cours du soir, à l'université ou à distance avec le Cned (Centre national d'enseignement à distance). Une fois la capacité obtenue, et suivant leurs résultats, les diplômés peuvent continuer leurs études en s'inscrivant en licence, ou en optant pour des BTS ou DUT spécialisés.

D'autres diplômes d'État sont également accessibles sans le bac, notamment dans les domaines de la santé et du social, mais il est aussi possible de se tourner vers des brevets professionnels - axés sur les métiers du sport, des loisirs, de la culture... -, ou des titres professionnels, à préparer dans des écoles relevant des chambres de commerce et d'industrie, ou d'entreprises comme la SNCF et la RATP, ainsi que dans des centres de formation et autres associations.

Mais aussi écoles et universités

Il est également possible de s'inscrire à l'université en passant le DAEU (Diplôme d'Accès aux Études Universitaire) option littéraire ou scientifique, qui permet de rejoindre une première année de licence après un an de préparation. Celui-ci est réservé aux jeunes d'au moins 24 ans (ou 20 ans et 2 ans d'activité professionnelle) qui ont interrompu leurs études depuis au moins 2 ans.

Des écoles offrant des formations professionnelles dans des domaines variés, comme l'art, le tourisme, le commerce... acceptent aussi des non-bacheliers. Mais attention à bien se renseigner avant de s'inscrire afin d'être sûre que le diplôme soit bien reconnu par l'État : ces établissements, généralement privés, sont souvent plus chers qu'une formation traditionnelle.

Par ailleurs, bon nombre de formations et diplômes peuvent être préparés en alternance, ce qui permet d'exercer une activité tout en suivant ses études.

Rejoindre la fonction publique

Si certains métiers de la fonction publique ne sont accessibles qu'aux diplômés, d'autres sont ouverts aux non-bacheliers, parfois sans même avoir besoin de passer un concours. Pour cela, il suffit de consulter le site de la fonction publique et de candidater en envoyant CV et lettre de motivation.

Repasser le bac

Enfin, si la formation souhaitée n'est vraiment accessible qu'avec le bac, il est tout à fait possible de retenter sa chance, soit en redoublant sa dernière année, soit en se présentant en candidat libre. Pour cela, il convient de s'inscrire auprès de l'académie de son lieu de résidence. Une option accessible à tout âge, mais qui demande d'être motivée et très organisée afin de réviser tout au long de l'année, seule ou en suivant des cours par correspondance.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.