D'où viennent les étrennes ?

Chargement en cours
Recevoir des étrennes pourrait grandement aider financièrement votre concierge.
Recevoir des étrennes pourrait grandement aider financièrement votre concierge.
1/2
© Adobe Stock, zinkevych

Que vous vous y adonniez ou non, vous connaissez forcément la tradition des étrennes qui consiste à verser une petite somme d'argent à certains professionnels, tels que les facteurs ou les concierges, au mois de janvier. Mais savez-vous comment est née cette coutume ?

Il y a fort à parier qu'en janvier 2020, tous les Français ne penseront pas à offrir un petit billet ou quelques pièces aux individus oeuvrant pour eux à l'image des pompiers, facteurs, gardiens d'immeubles ou encore éboueurs, car la tradition des étrennes se perd peu à peu. Pourtant, cette coutume ne date pas d'hier... Elle a même perduré pendant de nombreux siècles puisqu'elle remonte à la Rome antique !

Une origine lointaine

C'est en effet les Romains qui auraient lancé la tradition des étrennes, dont le mot viendrait du latin "'strena', qui désigne un bon présage et plus particulièrement un cadeau fait pour apporter un bon présage", comme l'explique un article du magazine Historia qui revient sur leurs origines. Selon un auteur du IVe siècle, Symmaque, ce serait le roi Tatius - qui partageait le trône de Rome avec Romulus (VIIe siècle avant Jésus-Christ) - qui aurait commencé à offrir aux gens influents de la ville des rameaux de verveine (une plante très précieuse à cette époque) cueillis dans un bois sacré dédié à la méconnue déesse Strena ou Strenia. Légende ou réalité... le mystère demeure mais une chose est sûre : les Romains s'offraient bien des présents le 1er janvier.

L'évolution au fil des siècles

"Dès la plus haute Antiquité, on prend l'habitude d'accompagner les paroles de bon augure par de menus présents", affirme ainsi Historia. Des présents aux magistrats mais aussi à ses proches, à qui l'on offre "des petits cadeaux sucrés, figues, dattes ou miel, pour qu'il ne leur arrive que du bonheur pendant la nouvelle année". Avec le temps, les sucreries sont remplacées par de l'argent et à l'époque de l'Empire, c'est à l'empereur que l'on offre des étrennes.

Si les Romains en donnaient donc aux figures de la ville - "chaque client doit offrir au moins une pièce de monnaie au 'patron' qui le protège", lit-on dans la publication -, la tendance qui a conquis l'Europe a fini par s'inverser avec le temps. Selon Europe 1, c'est au début du XXe siècle que les individus ont pris l'habitude de verser des étrennes aux personnes leur rendant des services. Une tradition "particulièrement prégnante durant les Trente Glorieuses".

Vers la fin des étrennes ?

Mais qu'en reste-t-il désormais ? La coutume est "aujourd'hui surtout respectée par les personnes plus âgées", précisait le site d'Europe 1 en 2015. La même année, Patrick Barbero, directeur du service juridique de l'Union nationale pour l'information et la défense des gardiens d'immeubles et des employés de maisons, expliquait au Figaro pourquoi la tradition se perdait peu à peu : "La conjoncture économique défavorable et la crise qui se fait sentir d'un côté, et de l'autre le fait que les étrennes appartiennent à une culture qui n'est pas celle des générations actuelles."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.