Comment se mettre à l'apprentissage du langage des sourds et muets ?

Chargement en cours
Ce moyen de communication utilisé par les sourds-muets, employé par leurs proches et les clubs dédiés, peut être initié à n'importe quel sujet faisant preuve de bonne volonté.
Ce moyen de communication utilisé par les sourds-muets, employé par leurs proches et les clubs dédiés, peut être initié à n'importe quel sujet faisant preuve de bonne volonté.
1/2
© Adobe Stock, Photographee.eu

Depuis la loi du 11 février 2005, la Langue des Signes Française (LSF) est reconnue comme une "langue à part entière". Ce moyen de communication utilisé par les sourds-muets, employé par leurs proches et les associations dédiées, peut être enseigné à n'importe quel sujet faisant preuve de bonne volonté. Comment apprendre à signer ?

Ce code gestuel développé pour faciliter l'expression des personnes handicapées est pris très au sérieux par l'abbé Charles Michel de l'Épée (1760) qui ouvre une école spécialisée, l'Institut National des Jeunes Sourds ou Institut Saint-Jacques à Paris. Durant des siècles, des militants se battent pour la reconnaissance de la Langue des Signes Française. Si elle est une aide précieuse pour les personnes concernées par les pertes d'ouïe et de parole, seulement un tiers de ces Français (estimés à 300 000) la parlerait. La pensée y est traduite par des mouvements de mains, bras ou tête auxquels s'ajoutent des expressions faciales pour appuyer les sens et sentiments liés aux mots. Ce langage n'est pas universel et connaît des variantes entre les pays, parfois même entre les communautés (type dialectes entre régions). Ainsi, la LSF diffère de la ALS, le langage des signes américain. Pour maîtriser celui propre à l'Hexagone, quelques pistes s'offrent à tous les motivés et tous ceux désirants s'ouvrir aux autres.

Mémoriser les notions de base à l'aide de ressources en ligne

La dactylologie, autrement appelée "alphabet manuel" ou "alphabet digital", est la représentation des 26 lettres de l'alphabet transposées en signes. Chaque vignette montre un geste, tous fixes mis à part le J et le Z qui requièrent un léger mouvement, à accomplir pour donner tel caractère. Ces signes servent à donner son prénom ou à épeler mais n'expriment pas des mots entiers, ces derniers étant souvent exprimés par un geste uniquement créé pour cette signification. Des tableaux exposant les chiffres jusqu'à dix, pour débuter en douceur, sont également facilement à la portée des intéressés en quelques clics sur le Net. Pour signer des mots entiers, de petits dictionnaires virtuels partagent des notions de base tels que les termes "bonjour", "merci", "s'il vous plaît", "maison", "quand ?" "à l'aide", "pardon"... Des basiques à répéter devant son écran en observant les démonstrations faites via des images ou des vidéos d'apprentissage. Idéal pour démarrer ! Comme pour l'écriture, une personne droitière mimera les signes avec sa main droite et une personne gauchère avec sa main gauche.

Opter pour un apprentissage convivial avec l'aide de malentendants et de professionnels

"La LSF possède sa propre syntaxe, sa propre grammaire et n'est pas une traduction pure et simple du langage parlé français. Dans la langue française parlé la phrase est structurée ainsi 'Sujet + Verbe + Complément' tandis que la LSF utilise cette structure 'Temps + Lieu + Sujet + Action'. Pour représenter le temps, le locuteur positionne son récit dans l'espace. La ligne du temps est perpendiculaire par rapport à son corps. Le passé est dans son dos, le présent au niveau de son corps et le futur est devant lui", explique l'IRFA qui propose une formation en langue des signes. Sans l'aide de pratiquants, il sera difficile pour un novice de perfectionner ses connaissances.

Sur son site, l'Académie de la Langue des Signes Française détaille son offre de cours animés "par des formateurs professionnels, locuteurs natifs, sourds" : "Tout au long de l'apprentissage de la langue, des exercices sont consacrés à la découverte et à la maîtrise des outils corporels (mains, yeux, visage, bras, corps...), à la maîtrise de l'espace, du rythme, du mouvement... On procède à des entraînements à la mimique faciale (sourcils, bouche, joues, yeux...)." La Fédération Nationale des Sourds de France, reconnue d'utilité publique depuis 1982, réunit, elle, plus de 80 associations qui sont autant de solutions à travers la France pour s'initier. La FNSF relaie également de nombreux rassemblements de la communauté sourde, à rencontrer aussi dans les cafés-signes, pour contrer l'exclusion et favoriser l'ouverture.

Exemple de site d'apprentissage des bases : www.langage-des-signes.com

Vos réactions doivent respecter nos CGU.