Xavier de Moulins sur ses premiers pas à la télévision : "Ce fut horrible !"

Xavier de Moulins sur ses premiers pas à la télévision : "Ce fut horrible !"
Xavier de Moulins à la soirée de lancement de la marque Angell à Paris, le 19 novembre 2019.

Depuis plus de dix ans, Xavier de Moulins est aux commandes du19:45 sur M6. Chaque soir les téléspectateurs sont nombreux à suivre l'actualité énoncée avec aisance par le journaliste. Fort de son expérience, le rédacteur en chef de l'émission 66 minutes est désormais à l'aise face à la caméra, ce qui était loin d'être le cas à ses débuts, comme il le raconte dans les colonnes de Télé-Loisirs, mardi 16 mars 2021.

Dès son plus jeune âge, Xavier de Moulins est passionné par le journalisme. "Je me voyais en Tintin reporter. À la maison, on regardait le 13 heures de Mourousi. Le mercredi, je m'asseyais religieusement pour écouter ce monsieur à la grosse voix. Je n'imaginais pas qu'un jour, j'annoncerais moi aussi les nouvelles du monde", raconte-t-il à Télé-Loisirs. Et si pendant des années il a navigué entre différentes rédactions comme pigiste, au détour d'un hasard, Xavier de Moulins a été projeté dans la lumière.

"Je ne pouvais pas articuler trois mots"

À la fin des années 1990, lorsqu'une chroniqueuse donne de "mauvais conseils", Xavier de Moulins devant sa télévision contacte le patron des programmes de Canal+, Alain de Greef, pour lui partager sa pensée. "Après cet épisode, il se retrouve à concevoir une rubrique sur le sujet dans l'émission Nulle part ailleurs", détaille Télé-Loisirs. Et voilà que quelques mois plus tard, Xavier de Moulins est propulsé sur le devant de la scène. "Ce fut horrible ! Un vrai traumatisme ! Alors que je rédigeais des pastilles, un responsable m'a dit : 'Demain, tu présentes ta chronique !' Je me suis retrouvé sur le plateau de Nulle part ailleurs entre Alexandre Devoise et Philippe Vecchi, le groupe de hip-hop Public Enemy, puis Prince qui jouait sur scène. Je ne pouvais pas articuler trois mots, je ne savais même pas ce que voulait dire la lumière rouge d'une caméra ! Heureusement, plus tard, j'ai eu la chance qu'un type comme Philippe Gildas m'explique comment ça se passe sur un plateau", a confié le journaliste qui n'a désormais plus aucun mal à faire face à la caméra.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.