Pierre-Jean Chalençon avoue avoir pensé à "se flinguer"

Pierre-Jean Chalençon avoue avoir pensé à "se flinguer"
Pierre-Jean Chalençon assiste à L'Autre Festival : Celui qui ouvre les livres à Avignon, le 20 février 2020.

Un mois après le début de l'affaire des dîners clandestins qu'il aurait organisés au sein du Palais Vivienne, Pierre-Jean Chalençon, invité dans Touche pas à mon poste le 4 mai 2021, est revenu sur cette polémique et sur ses conséquences.

Début avril 2021, la révélation lors d'un reportage diffusé sur M6 de l'existence de dîners illégaux en tant de Covid, et auxquels auraient participé des ministres, faisait couler énormément d'encre. Pierre-Jean Chalençon, ex-acheteur de l'émission Affaire Conclue et propriétaire du Palais Vivienne, a ensuite été perquisitionné à son domicile et placé en garde à vue, accusé d'être à l'origine de leur organisation. Dans TPMP ce 4 mai, il est revenu sur ce qu'il qualifie "d'histoire de fou", lors de laquelle il s'est cru "dans la 4e dimension".

"Je me suis dit : 'Mais qu'est-ce qu'ils me veulent ?'"

"Ça a été traumatisant, a indiqué celui qui avait été mis en garde par Sophie Davant. Tu ne fais rien de mal, tu essaies de t'en sortir (...), je me dis : 'Je vais essayer d'organiser une soirée avec des chefs d'entreprise pour organiser des visites', et tout d'un coup le lendemain je me vois sur les écrans de télévision. Il y a un moment, je me suis dit : 'Je vais me flinguer.'"

Le spécialiste de Napoléon a en effet très mal vécu cette mise sous les projecteurs : "Je me suis dit : 'Mais qu'est-ce qu'ils me veulent ?' L'année dernière, c'était pour une histoire de photo, là c'est pour une histoire de dîner, mais qu'est-ce que j'ai fait de mal ? J'essaie de vivre, de survivre, comme beaucoup de chefs d'entreprise. Je ne suis pas le seul. Simplement, je suis connu, médiatique, people. Mais oui ça a été dur, ça a été très dur."

Qualifiant de "calomnie" tout ce qui a été dit à son sujet, il entend porter plainte contre les journalistes de M6. Une affaire décidément loin d'être conclue.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.