Morning Live : Michaël Youn se remémore les arrestations et gardes à vue

Morning Live : Michaël Youn se remémore les arrestations et gardes à vue
Michaël Youn présente le Morning Live à la rentrée des animateurs de M6, le 20 septembre 2000.

Ce mardi 19 janvier 2021, Michaël Youn et ses éternels complices Benjamin Morgaine et Vincent Desagnat reviennent avec un second numéro du Morning Night. Le trio qui a réveillé la jeunesse française pendant près d'un an et demi au début des années 2000, n'a jamais fait les choses à moitié. Les séquences réalisées à l'époque resteront sans conteste dans les annales, bien que certaines les aient conduits derrière les barreaux.

Ce soir, M6 donne carte blanche à Michaël Youn, Benjamin Morgaine et Vincent Desagnat pour le second numéro du Morning Night. Pour l'occasion, le trio s'est entouré d'invités à l'instar de Jamel Debbouze, Jenifer, Isabelle Nanty, Jarry ou encore Bigflo et Oli. Une émission prenant la forme d'un jeu télévisé, au cours duquel deux équipes vont s'affronter en enchaînant des épreuves absurdes et dingues, à l'image du trio formé par les trois amis. À quelques heures de la diffusion du programme, Michaël Youn s'est remémoré l'époque Morning Live dans les colonnes du Parisien. "Entre nous, on ne se disait pas ce qu'on avait préparé et il y avait un effet de surprise en direct. Comme on n'avait pas de public, pour être sûr que c'était drôle, il fallait faire rire les copains. C'est une période de ma vie où je ne respectais pas beaucoup les règles. Et je n'ai pas beaucoup changé", a raconté l'acteur et réalisateur au journal.

"Six ou sept arrestations et trois gardes à vue"

Si Michaël Youn explique n'avoir pas beaucoup changé, à 47 ans l'acteur semble tout de même s'être assagi. L'époque où il finissait ses séquences au commissariat est désormais révolue, mais gagné par la nostalgie, l'acteur s'est remémoré ces moments épiques dans Le Parisien : "Je me souviens d'une fois, notamment, où ça ne s'était pas bien passé. On voulait libérer les tomates. Je suis allé au supermarché, déguisé en super tomate, j'ai pris un cageot et j'ai tout renversé, sans payer. Les vigiles nous ont poursuivis et ont commencé à casser la voiture dans laquelle nous nous étions réfugiés. C'est quand même nous qui nous sommes retrouvés placés en garde à vue pour trouble à l'ordre public. En tout, on a eu six ou sept arrestations et trois gardes à vue."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.