Michel Drucker : ce qui l'angoisse à quelques semaines de son retour à la télé

Michel Drucker : ce qui l'angoisse à quelques semaines de son retour à la télé
Michel Drucker au dîner de gala caritatif pour l'association "Autistes Sans Frontières" à l'hôtel Marcel Dassault à Paris, le 2 juin 2016.

Michel Drucker est décidément un ovni ! Après avoir subi plusieurs opérations très importantes en septembre 2020, l'animateur s'apprête déjà à faire son grand retour à la télévision. S'il se dit particulièrement impatient de retrouver son célèbre canapé rouge, il admet tout de même avoir quelques angoisses qu'il a confié dans un entretien accordé au Parisien.

On peut dire qu'il trépigne d'impatience. Dès le 28 mars prochain, dans un numéro spécial de son émission phare Vivement Dimanche, Michel Drucker fera son retour tant attendu sur le petit écran. Actuellement en pleine préparation de ce nouvel épisode, l'animateur de 78 ans n'en mène pourtant pas large. "Ma plus grande angoisse, c'est de me casser la figure. Les médecins me prennent pour un extra-terrestre. Normalement, il faut un an pour se remettre d'une telle opération", confie-t-il dans un entretien publié ce jeudi 4 mars 2021 dans le Parisien.

"Il y a deux mois, j'étais encore au ralenti"

Incapable de rester sans rien faire, Michel Drucker a passé ces derniers mois à plancher sur son prochain livre tout en suivant une rééducation drastique. Encore aujourd'hui, l'animateur garde quelques séquelles - notamment au niveau de la jambe - qu'il tente tant bien que mal d'éradiquer. "Dès que je peux, je fais du sport. J'ai déjà repris neuf kilos de muscles sur les onze que j'avais perdus", assure-t-il avec enthousiasme. Maintenant, il ne lui reste plus qu'à préparer son petit discours de retour à l'antenne. Un autre moment que le présentateur appréhende particulièrement. "J'ai une idée de ce que j'aimerais dire à l'antenne, mais je préfère ne pas y penser. Avec l'émotion, je vais tout oublier. Il y a deux mois, j'étais encore au ralenti...", conclut-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.