Michel Cymes accusé de plagiat : il sort du silence et présente ses excuses

Michel Cymes accusé de plagiat : il sort du silence et présente ses excuses
Michel Cymes lors du 120e Mondial de l'Automobile à la Porte de Versailles à Paris, le 2 octobre 2018.

Dans une série de tweets publiés le 23 février 2021, le médecin et présentateur Michel Cymes a été accusé de plagiat par un confrère. Quelques heures plus tard, sur le site de RTL, ce dernier a expliqué sa démarche et a fait son mea culpa.

"Eh, Michel Cymes, tu n'as pas honte de recopier quasiment mot à mot et de A à Z mon billet de blog 'Amour et sexualité à l'heure de la Covid-19' pour écrire ta news pour RTL ? Les lecteurs jugeront !", a écrit Marc Gozlan, médecin et blogueur, le 23 février sur Twitter. Effectivement, les deux textes sont grandement similaires. "RTL, pourriez-vous me contacter pour me verser le montant des deux piges de Michel Cymes ? Il a commis un double plagiat : écrit et audio. Il a non seulement recopié mon billet de blog mais a également lu à l'antenne (dans Ça Va Beaucoup Mieux, l'Hebdo, ndlr) le début de mon texte", a poursuivi Marc Gozlan, très remonté.

Michel Cymes "pris par le déroulé de l'émission"

La révélation de ce plagiat a provoqué un véritable tollé. Si bien que Michel Cymes, qui n'en est pas à sa première polémique, a fini par s'expliquer dans un texte publié sur le site de RTL. "En ouverture de mon émission dimanche dernier, comme souvent, j'ai pris dans la presse certaines infos ou anecdotes insolites. Il va sans dire que je cite mes sources qu'il s'agisse d'articles de presse ou de revues scientifiques. Cette fois-ci, pris par le déroulé de l'émission, je ne l'ai pas fait", a-t-il commencé par raconter.

Le médecin, qui officie également sur France 2, a finalement fait son mea culpa. "Je tiens donc à m'en excuser auprès de l'auteur de l'info reprise, Marc Gozlan, et du site qui héberge son blog, LeMonde.fr", a-t-il conclu. Sans doute fera-t-il plus attention pour ses prochaines émissions !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.