Découvrez la remplaçante de Laurence Boccolini au Grand Concours des Animateurs

Découvrez la remplaçante de Laurence Boccolini au Grand Concours des Animateurs
Laurence Boccolini lors de la conférence de rentrée de la radio Europe 1 à Paris, le 6 septembre 2018.

Après vingt ans de bons et loyaux services sur TF1, Laurence Boccolini avait finalement décidé de quitter la première chaîne durant l'été 2020. Si elle a longtemps présenté des émissions phare telles que Le maillon faible ou encore Money Drop, elle a également présenté Le grand concours des animateurs pendant deux ans. Mais aujourd'hui, la chaîne lui a déjà trouvé une remplaçante !

Selon nos confrères de Puremédias, c'est donc la pétillante Alessandra Sublet qui prendra le relai pour présenter le fameux concours qui oppose plusieurs animateurs de la télévision française. Prévu pour 2021, ce 35e numéro sera en faveur de l'opération Pièces Jaunes. Si la belle Alessandra Sublet n'a jamais présenté cette émission, son visage n'est en revanche pas inconnu du grand public, loin de là. Ces dernières années, l'ancienne compagne du producteur Clément Miserez s'est illustré dans bon nombres d'émissions. De C'est Canteloup à Mask Singer en passant par diverses émissions de divertissements, la belle n'en finit plus de multiplier les projets.

"J'avais la sensation de tourner en rond"

Quant à Laurence Boccolini, qui officie désormais sur le service public, elle ne compte pas se tourner les pouces. Pour preuve, l'animatrice de 57 ans a déjà été annoncée pour présenter la prochaine édition de L'Eurovision aux côtés de Stéphane Bern. Un soulagement pour la maman de Willow qui ne se sentait plus vraiment à sa place sur TF1. "J'avais la sensation de ne plus travailler du tout et de tourner en rond, avait-elle confié au Parisien en août 2020. On me décrivait comme une animatrice phare de la chaîne, et ça me gênait énormément. Comment peut-on être une animatrice phare avec seulement trois émissions par an ? Ma saison à venir se résumait au Grand Concours des animateurs. J'adore ce programme, mais je ne peux pas faire mon métier que ponctuellement. J'avais la sensation de ne pas être une priorité, d'être devenue un bibelot". Une décision vivement motivée par le manque de communication : "Je n'ai pas senti que quelque chose me retenait à TF1. Il y avait une absence totale de communication. J'attendais que mon téléphone sonne. A une époque, on nous appelait régulièrement, même quand on n'avait rien pour vous, pour vous rassurer. (...) Mais je n'ai aucune amertume, aucune haine."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.