Alexia Laroche-Joubert a eu une enfance compliquée : "Je me suis sentie exclue"

Alexia Laroche-Joubert a eu une enfance compliquée : "Je me suis sentie exclue"
Alexia Laroche-Joubert au village de Roland-Garros à Paris, le 9 juin 2019.

Patronne d'Adventure Line Productions depuis cinq ans déjà, Alexia Laroche-Joubert produit avec succès de nombreuses émissions. Mais si l'on connaît beaucoup de choses sur sa vie professionnelle, sa vie privée est en revanche bien gardée. Interrogée par Le Parisien dimanche 28 mars 2021, la productrice a exceptionnellement accepté de se confier sur son enfance, dont elle ne garde visiblement pas que de bons souvenirs...

À tout juste 51 ans, Alexia Laroche-Joubert a une carrière bien remplie et n'a plus rien à prouver à personne. Une fierté sans nom pour celle qui a beaucoup souffert de comparaison avec les enfants de son quartier lorsqu'elle était plus jeune. "Je vivais à la fois dans un milieu très bourgeois et j'étais en grande difficulté financière. J'ai eu un horrible sentiment de solitude, je me suis sentie exclue, j'ai eu la rage contre tous ces gosses de riches", a expliqué au Parisien celle qui planche sur une télé-réalité inspirée du confinement.

Une enfant rebelle

Née dans le XVIe arrondissement de Paris, Alexia Laroche-Joubert a fréquenté l'élite sans jamais y trouver sa place. La petite n'hésite pas à faire des bêtises et se fait même renvoyer du prestigieux collège Jean-Baptiste Say pour avoir organisé et mené une grève contre la cantine. "J'avais collé des affiches où un chien faisait Beur beurk. Elle a été bien suivie mais j'ai été dénoncée par la fille de la gardienne", a-t-elle expliqué.

Aujourd'hui admirée pour son professionnalisme et sa capacité à faire face aux coups durs et aux polémiques, Alexia Laroche-Joubert est reconnue comme une femme combative et fonceuse. Une force qu'elle semble également tirer de son enfance. "Petite, elle était dyslexique. Il lui fallait dix fois plus de travail que les autres pour avoir des résultats moyens. Chaque année, elle devait se battre pour ne pas redoubler. Sa force de travail vient de là", a assuré sa mère, Martine Laroche-Joubert.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.