Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg, un confinement séparés : "C'était étrange"

Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg, un confinement séparés : "C'était étrange"
Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg lors du photocall de "Mon chien stupide" pour la 34e édition du Festival International du Film Francophone de Namur, le 1er octobre 2019

Yvan Attal est revenu sur son confinement loin d'une partie de sa famille, dont sa femme Charlotte Gainsbourg. Le couple vit entre New York et Paris, l'agenda du réalisateur l'a fait rentrer en France juste avant le début du confinement, il explique les sentiments qu'il a pu avoir et ce qu'il a fait de son temps, juste entre hommes avec son fils.

Le réalisateur, acteur et scénariste français Yvan Attal a détaillé les circonstances de son confinement, loin de sa femmeCharlotte Gainsbourg, au micro d'Europe 1 pour l'émission Cultures Médias. Elle vit principalement à New York avec leurs filles Alice (17 ans) et Joe (9 ans) comme le rappelle Gala. Alors que lui vit entre la France et les États-Unis.

"Il y avait du calme, ça c'était agréable, mais c'était pas serein"

Il explique toujours sur Europe 1 au micro de Pascale Clark que "juste avant le confinement, j'étais à New York avec Charlotte et mes filles et je suis rentré pour préparer ce film de Karine Tuil que j'étais censé préparer mars-avril et tourner juin-juillet. Boum, on est confiné, donc je me suis retrouvé tout seul à Paris, avec mon fils (Ben 23 ans, ndlr)". Victime des restrictions de transports, il n'a donc pas pu passer le confinement en famille, et si "c'était un peu long" pour le réalisateur de "Mon chien Stupide" dans lequel joue l'impudique Charlotte, fille de Serge Gainsbourg, il précise aussi "qu'être à son rythme, avoir la possibilité de faire un peu des choses qu'on n'avait pas le temps de faire tout le temps (...), c'était très très très étrange, mais ce n'est pas si mal en fait".

Le réalisateur venait aussi promouvoir sa prochaine adaptation cinématographique du prix Interallié et prix Goncourt des lycéens 2019 de Karine Tuil : "Les Choses humaines". Raison pour laquelle il était originellement rentré en France, car il était censé "préparer (le film) mars-avril et tourner juin-juillet. Boum, on est confiné, donc je me suis retrouvé tout seul à Paris, avec mon fils". Une expérience non désirée qui a finalement été source de calme et de réflexion pour l'insatiable artiste.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.