Vincent Lindon : son coup de gueule contre la gestion de la crise sanitaire

Vincent Lindon : son coup de gueule contre la gestion de la crise sanitaire
Vincent Lindon au Festival Lumière à Lyon, le 14 octobre 2016.

La gestion de la crise sanitaire ne fait pas l'unanimité parmi les Français. Parmi les voix qui s'élèvent pour la critiquer, on retrouve celle du comédien Vincent Lindon, qui s'est livré à une longue réflexion face caméra au cours de laquelle il a dénoncé la politique du pouvoir en place.

Vincent Lindon est révolté. Pour l'acteur en guerre contre les injustices, le gouvernement ne gère pas correctement la crise sanitaire. Dans une tribune publiée le mercredi 6 mai 2020 sur le site de Mediapart, le comédien de 60 ans critique la politique du pouvoir en place et offre ses propositions pour bâtir un monde meilleur.

C'est à un monologue de vingt minutes que s'est livré celui qui a reçu le César du meilleur acteur pour son rôle dans "La Loi du Marché". Dans ce document intitulé "Comment ce pays si riche", Vincent Lindon tire à boulets rouges sur Emmanuel Macron, dont il commence par fustiger le goût "pour la pompe et les rites de la monarchie". D'un ton grave, l'acteur poursuit et s'attaque également à Edouard Philippe, non sans ironie : "Alors que l'épidémie progresse, se faisant pandémie, le pouvoir s'affole, s'agite comme un poulet sans tête. Sur quoi s'interroge l'exécutif aux premiers jours de mars ? Mais sur le maintien des municipales, bien sûr ! La veille du premier tour, le premier ministre joue les contorsionnistes, invitant les Français à rester chez eux mais, en même temps, à aller voter. Chapeau l'artiste !"

"Je ne vois pas qui aurait pu faire pire"

"En termes de gestion et de communication de crise, je ne sais pas qui aurait pu faire mieux, mais je ne vois pas qui aurait pu faire pire", commente Vincent Lindon avant d'évoquer la réouverture des écoles, qui s'apprête selon lui à creuser les inégalités : "Les parents seront libres de garder leurs enfants à la maison. Dans les milieux favorisés, on n'hésitera guère. Mais dans les milieux plus modestes, le dilemme est cornélien. Alors que le chômage enfle, dois-je exposer mon enfant au risque de tomber malade, ou accepter l'éventualité de perdre mon emploi ?"

Pour conclure, le comédien explique comment il estime que le gouvernement pourrait venir en aide aux personnes défavorisées : "En demandant aux plus grosses fortunes une solidarité envers les plus démunis. Cette idée, juste et légitime, pourrait prendre la forme d'une contribution exceptionnelle, baptisée 'Jean Valjean', conçue comme une forme d'assistance à personnes en danger, financée par les patrimoines français de plus de 10 millions d'euros, sans acrobaties, à travers une taxe progressive de 1 % à 5 %, avec une franchise pour les premiers 10 millions d'euros". Cette tribune a déjà fait grand bruit, notamment sur Twitter où elle a été très partagée et commentée ce mercredi 6 mai 2020.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.