Vaimalama Chaves publie les photos et messages osés que des hommes lui envoient

Vaimalama Chaves publie les photos et messages osés que des hommes lui envoient
Vaimalama Chaves pour la présentation de la nouvelle collection Lancel lors de la Fashion Week collection prêt-à-porter automne-hiver 2019/2020 à Paris, le 27 février 2019.

Solène Filly

Régulièrement draguée sur les réseaux sociaux, Miss France 2019 a décidé de partager certains de ces messages avec ses abonnés, en profitant aussi pour dénoncer le comportement de ceux qui n'hésitent pas à lui envoyer des photos déplacées.

Depuis son élection le 15 décembre 2019, Vaimalama Chaves a prouvé à plus d'une reprise qu'elle n'avait pas sa langue dans sa poche. Pas question, donc, pour Miss France de rester les bras croisés face aux nombreux messages qu'elle reçoit sur son compte Instagram. En effet, mercredi 21 août, la jeune femme a décidé de publier en stories (publications éphémères) une sélection des pires déclarations qu'elle a pu recevoir.

"Ça s'appelle du harcèlement"

Et si certains messages sont plus lourds que d'autres - Vaimalama Chaves les commentant avec humour, sans révéler l'identité de ses dragueurs -, c'est une photo classée X par le réseau social qui a le plus fait réagir ses fans. En effet, pour draguer la reine de beauté, un utilisateur a jugé bon de lui envoyer des photos de son pénis. La Tahitienne a donc partagé une version floue des clichés, sans cacher le nom de l'expéditeur, accompagné du commentaire suivant : "Je mets son nom mais pas les images envoyées. Personne ne mérite d'être aveuglé par une si vilaine aubergine un peu trop mûre... Les prochains, vous êtes avertis."

Critiquée par certains de ses abonnés pour avoir dévoilé l'identité de l'homme lui ayant envoyé ces clichés, Vaimalama Chaves a tenu à être très claire : "Ça s'appelle du harcèlement. Sous prétexte que je suis connue, je devrais me taire ? C'est hors de question. Ceux qui font des choses comme ça ne réfléchissent pas et je refuse d'être passive face à l'inconscience de certains."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.