Un an après l'arrêt de Thé ou Café, Catherine Ceylac donne de ses nouvelles

Un an après l'arrêt de Thé ou Café, Catherine Ceylac donne de ses nouvelles
Catherine Ceylac assiste à la soirée de lancement de la nouvelle collection du diamantaire Alexander Fuchs à Paris.

Un an après l'arrêt de l'émission Thé ou Café, Catherine Ceylac s'est livrée à Europe 1, mardi 22 octobre 2019, sur sa vie loin des caméras.

Pendant 22 ans, Catherine Ceylac a reçu 1250 invités sur le plateau de l'émission Thé ou Café diffusé sur France 2. Après 1752 épisodes, l'émission tire sa révérence le 1er décembre 2018 au grand regret de l'animatrice. Un an après l'arrêt de l'émission que devient Catherine Ceylac ? C'est au micro d'Europe 1 dans L'Équipée sauvage qu'elle se confie sur sa vie après la télévision.

Une pétition contre l'arrêt de l'émission

À sa plus grande surprise, Catherine Ceylac confie bien vivre l'arrêt de l'émission. "J'avoue que je pensais être plus sonnée que ça. Les premiers temps évidemment ça m'a beaucoup manqué, mais c'est le public qui me manque le plus. En définitif, je vis une sorte de légèreté que je n'ai jamais connue en 22 ans", a-t-elle lâché. Au quotidien, elle profite de plaisirs qu'elle n'avait ni l'idée, ni le temps de faire auparavant. "Ma vie a beaucoup changé, j'ai un peu plus de gourmandise pour des choses extrêmement différentes", explique-t-elle. Si elle n'a pas encore prévu de revenir à la télévision, l'animatrice et journaliste à publié un livre "À l'amour, à la vie", paru mercredi 23 octobre aux éditions Flammarion, où elle a recueilli les confessions de nombreux artistes.

Lorsque la chaîne avait décidé de déprogrammer Thé ou Café, une pétition s'est immédiatement lancée. Plus de 10 000 signataires et 200 personnalités ont montré leur désaccord avec la chaîne et leur soutien à celle qu'ils ont vu à l'écran pendant plus de 20 ans. Un soutien qui a touché l'animatrice. "La réaction m'a fait extrêmement plaisir, ça m'a un peu fait regretter l'émission", a-t-elle déclaré.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.