TV : retour sur les 3 plus grosses polémiques de l'année

TV : retour sur les 3 plus grosses polémiques de l'année
David Pujadas (ici à la présentation de 24H Pujadas) a été cette année le témoin de 2 gros clashs sur LCI.

En cette année 2019, le petit écran a connu son lot de clashs et de buzz ayant alimenté les conversations. Retour sur 3 séquences qui ont déclenché la polémique, faisant réagir de nombreux internautes mais aussi des personnalités et des membres du gouvernement.

Julie Graziani juge une mère célibataire

Le 4 novembre, sur le plateau de 24H Pujadas, sur LCI, Julie Graziani a créé la polémique en s'exprimant sur une mère célibataire qui s'était plaint de sa situation financière difficile auprès d'Emmanuel Macron. "Qu'est-ce qu'elle a fait pour se retrouver au Smic ? Est-ce qu'elle a bien travaillé à l'école ? Est-ce qu'elle a suivi des études ? Et puis, si on est au Smic, et bien il ne faut peut-être pas non plus divorcer dans ces cas-là", a déclaré celle qui était alors éditorialiste à la revue L'Incorrect, mais qui s'est fait virer après cette séquence.

Alain Finkielkraut et son "appel au viol"

Tout comme Eric Zemmour dont les propos sur CNews font régulièrement réagir, Alain Finkielkraut est un habitué des polémiques. Le 13 novembre, sur LCI également, il débattait avec la militante féministe Caroline de Haas et le ton est rapidement monté. "Je dis aux hommes : violez les femmes. D'ailleurs, je viole la mienne tous les soirs !", a-t-il lancé, invoquant plus tard le second degré.

L'abbé de la Morandais et ses propos sur la pédophilie

Le 20 mars, dans Audrey & Co sur TF1, L'abbé de la Morandais était invité pour s'exprimer sur la question de la pédophilie dans l'Église. "On a toujours l'impression qu'un viol, c'est de la violence. Au départ, je ne crois pas. (...) Un enfant cherche spontanément la tendresse d'un homme ou d'une femme. Et souvent, ce sont des gamins en frustration de tendresse", a-t-il indiqué, ajoutant ensuite : "Vous avez tous observé qu'un gamin, il vient, il vous embrasse sur la bouche."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.