Tex : nouvelle défaite dans son procès contre la production des Z'amours

Tex : nouvelle défaite dans son procès contre la production des Z'amours
Tex lors de la 31e cérémonie des Molières aux Folies Bergère à Paris, le 13 mai 2019.

Depuis plus de deux ans, l'ancien animateur de France Télévisions et son employeur, la société de production Sony Pictures Television, s'opposent juridiquement. Un procès qui vient de se dénouer et qui n'est pas favorable à l'humoriste.

"Les gars, vous savez ce qu'on dit à une femme qui a déjà les deux yeux au beurre noir ? Elle est terrible, celle-là. On ne lui dit plus rien ! On vient déjà de lui expliquer deux fois !" Cette blague de mauvais goût lancée sur le plateau de l'émission C'est que de la télé diffusée en novembre 2017 sur C8 a coûté sa place à Tex. Il avait alors été licencié pour faute grave par son producteur, Sony Pictures Television, après 17 ans de collaboration.

Tex débouté

Un choix auquel il s'était opposé en attaquant la société aux prud'hommes. "Ce que nous demandons correspond aux barèmes appliqués par la jurisprudence, à savoir 24 mois de salaire, soit 670 000 euros plus les indemnités, environ 1,2 million d'euros", confiait son avocat sur Europe 1 en mai 2018, précisant que Sony Pictures n'avait pas respecté le Code du travail, son client ayant "signé 144 CDD, alors qu'il aurait dû avoir un CDI". Pourtant, les juges avaient donné raison à la société quant au licenciement pour faute grave, privant ainsi l'animateur du gros million d'euros de dédommagement demandé.

N'ayant obtenu que 45 000 euros de dommages et intérêt en juillet 2018, Tex avait fait appel de cette décision n'ayant, aux yeux de son avocat interrogé par TV Mag, "aucune cohérence juridique". Un procès en appel que l'animateur de 59 ans vient de perdre comme l'a fait savoir La lettre A ce lundi 6 janvier 2020. Dans son arrêt du 3 décembre 2019, la cour d'appel de Paris a en effet confirmé le jugement rendu par le conseil des prud'hommes le 27 juillet 2018. Pour l'heure, l'humoriste ne s'est pas encore exprimé sur cette nouvelle défaite.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.