Tensions à Télématin : Laurent Bignolas s'exprime pour la première fois

Tensions à Télématin : Laurent Bignolas s'exprime pour la première fois
Laurent Bignolas durant la conférence de presse de France 3 à Paris, le 12 septembre 2011.

Lors d'un entretien accordé au Parisien, Laurent Bignolas est revenu pour la première fois sur les nombreuses tensions présentes dans les coulisses de Télématin. Des conflits difficiles à vivre pour le journaliste.

Aux commandes de Télématin depuis bientôt deux ans, remplaçant ainsi William Leymergie et ses trente-deux ans d'animation, Laurent Bignolas est sujet à de nombreuses critiques depuis son arrivée. Depuis septembre 2019, nombreuses sont les rumeurs qui ont circulé dans la presse concernant la mauvaise ambiance dans l'émission. Pour la première fois, Laurent Bignolas a accepté d'aborder le sujet dans les colonnes du Parisien, mardi 4 février 2020.

"Je me sens pas atteint"

À l'automne dernier, plus d'une dizaine de chroniqueurs, comme Charlotte Bouteloup, ont décidé de claquer la porte de France Télévisions. Une position difficile à vivre pour l'animateur qu'il a jugé injuste auprès du Parisien. Outre cela, ces derniers - sous couvert d'anonymat - l'ont également accusé de harcèlement moral. Des critiques face auxquelles Laurent Bignolas se dit immunisé : "Je me sens pas atteint plus que ça dans ma dignité. Ma réponse, c'est l'antenne."

Pourtant, durant cette même entrevue, il a reconnu qu'il y avait une "vraie volonté" de le déstabiliser de la part de ses collaborateurs. Des actes qui ne l'ont pas laissé de marbre, puisque cela a fini par inquiéter ses filles. "Ça dure depuis mon arrivée. Ce n'est pas évident de travailler en souriant quand on se prend ça dans la gueule. Mes filles me disent : 'Mais papa, c'est quoi tout ce qu'on raconte ?'", a-t-il confié. Une mauvaise passe qui appartient désormais au passé. "Là, je me ressemble davantage à l'antenne, je me sens plus souriant", a-t-il ajouté. Et de poursuivre, sur une note plus positive : "Personne ne m'enlèvera la joie de vivre."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.