Teddy Riner réagit aux tags racistes postés devant l'Insep

Teddy Riner réagit aux tags racistes postés devant l'Insep
Teddy Riner subit sa première défaite depuis 154 combats contre le japonais Kageura Kokoro lors du Paris Grand Slam Judo 2020 à l'Accord Hotels Arena à Paris, le 9 février 2020.

Le judoka français s'est insurgé contre la publication de photos de l'Insep taguées de remarques racistes. Teddy Riner sait profiter de sa notoriété pour véhiculer le plus possible de messages de paix contre le racisme dans sa discipline, le sport et le monde.

Le décuple champion du monde de 31 ans constatait au micro de FranceInfo : "On est au XXIe siècle ce n'est pas normal que des choses comme ça arrivent." Sur les grilles de l'Institut National du Sport, de l'Expertise et de la Performance, le mot "singe" légendait la photo de Teddy Riner. Il admet que "c'est triste qu'on en soit encore là au XXIe siècle". Il précise quand même que "dans le monde du sport on est encore à l'abris de certaines choses mais il y a des gens qui le vivent au quotidien donc il faut qu'on continue à combattre ces choses-là pour que demain on soit dans un monde sain où ces choses-là ne doivent plus exister", et la force de la nature de rajouter qu'il ne faut pas voir ceci "arriver surtout à l'Insep, dans le monde du sport et dans le monde en général".

Teddy Riner a précisé que "dans le sport, on est déjà énormément à l'abri" du racisme et "c'est la première fois que ça m'arrive". Il rebondit en rappelant que "ça permet aussi de véhiculer des valeurs, quand je publie cette photo, c'est pour dire qu'on est tous Blanc, Noir, Jaune".

"On ne doit pas laisser passer ça"

Il avait publié sur sa page Instagram une photo sans équivoque et forte d'un message antiracisme : "Si on reste unis, on gagnera ce combat". On le voit dans son kimono bleu embrasser le judoka tchèque Lukas Krpalek, il tague sur cette photo, le ministère des Sports, l'organisation des Jeux olympiques 2024 de Paris et l'Insep, tout en plaçant le hashtag "#TousUnisContreLaHaine".

Celui qui a perdu un combat en février 2020, ce qui n'était pas arrivé depuis 2010 et ce après 154 victoires consécutives, sait profiter de sa notoriété. Pour conclure cette affaire, l'Insep a répondu dans un communiqué de presse que son directeur, Ghani Yalouz a signé sur Twitter : "Nous ne baisserons pas la tête, nous ne céderons aucun terrain à la haine, à la lâcheté et à la bêtise. J'apporte aujourd'hui mon soutien amical et indéfectible aux personnes qui sont personnellement agressées."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.