Sylvie Vartan sur l'hommage à Johnny : "Intolérable, choquant et douloureux"

Sylvie Vartan sur l'hommage à Johnny : "Intolérable, choquant et douloureux"
Portrait de Sylvie Vartan réalisé à Paris, le 22 octobre 2015.

Fabien Gallet

Dans le magazine Point de Vue en kiosque depuis le 16 octobre 2019, l'ex-femme du Taulier évoque son malaise vis-à-vis de la cérémonie organisée pour les obsèques de ce dernier il y a bientôt 2 ans.

Le 9 décembre 2017, quelques jours après la mort de Johnny Hallyday, des milliers de Français s'amassent aux abords de la Madeleine et le long des Champs-Élysées pour rendre un dernier hommage à leur idole. Au sein de l'église, c'est un office orchestré par Laeticia Hallyday auquel assiste une centaine d'invités triés sur le volet, entres proches, artistes, acteurs et personnalités politiques. Mais pour celle qui fut la femme du Taulier pendant 15 ans, cela s'est plus apparenté à "un grand barnum" qu'à une cérémonie religieuse. En effet, Sylvie Vartan explique cette semaine dans les pages de Point de Vue avoir mal vécu ce moment qui fut pour elle "intolérable, choquant et douloureux".

"J'étais paralysée"

La mère de David Hallyday précise en outre avoir eu "l'impression que tout n'était que mise en scène et décor factices". C'est déjà ce qu'elle expliquait en mai dernier à Laurent Delahousse dans 19h le dimanche sur France 2 : "À la Madeleine, j'ai senti un malaise. J'ai trouvé qu'il y avait un côté organisation de spectacle." Aujourd'hui, la chanteuse ne semble toujours pas avoir digéré cette partie de l'hommage rendu à Johnny Hallyday. "Il y avait tous ces gens qui ne cherchaient qu'à être pris en photo. Voir là son cercueil fut affreux", dénonce-t-elle avant d'ajouter : "J'étais paralysée."

Ce qui a, au contraire, le plus touché Sylvie Vartan, c'est l'hommage des fans descendus dans les rues parisiennes. "La foule amassée à l'extérieur de l'église, tous ces anonymes qui aimaient vraiment Johnny. En les voyant, j'ai eu les larmes aux yeux", assure-t-elle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.