Stéphane Rotenberg admet avoir craqué lors du tournage de Pékin Express

Stéphane Rotenberg admet avoir craqué lors du tournage de Pékin Express
Stéphane Rotenberg lors de la première du film "La La Land" à Paris, le 10 janvier 2017.

Fabien Gallet

Si face caméra, l'animateur phare de M6 affiche constamment un large sourire et fait toujours preuve de bonne humeur, dans les coulisses du tournage de la onzième saison de Pékin Express, les choses ont été quelque peu différentes.

Il n'y a pas que pour les candidats de l'édition 2018 de Pékin Express que la course est "infernale". Pour Stéphane Rotenberg, le tournage a également rimé avec prises de tête, ce qu'il a confié à Télé-Loisirs il y a quelques jours. Des moments de faiblesse auxquels il a été confronté plusieurs fois et qu'il connaît bien puisqu'il anime le programme depuis son lancement en 2006. "Ça m'arrive souvent en milieu d'aventure. Dans cette onzième saison de Pékin Express, c'était aux Philippines. À mi-parcours de la course infernale. C'est ce moment où le tournage a déjà démarré depuis longtemps, qu'on commence à taper dans le dur mais qu'il en reste plus que ce qu'on a fait", a expliqué celui qui est également aux manettes de Top Chef.

"Je fais la gueule et je ne vais pas aux réunions"

Lorsque la coupe est pleine, l'animateur ne peut pas faire semblant. "Dans ces cas-là, je le reconnais, ce n'est pas bien, je fais la gueule et je ne vais pas aux réunions", a avoué Stéphane Rotenberg qui assure néanmoins qu'après avoir craqué psychologiquement, il n'a pas besoin de beaucoup de temps pour se reprendre et mieux revenir : "Je ré-apparais une demi-journée plus tard."

Si l'animateur est parfois confronté à ces baisses de régime, c'est parce que tout au long du tournage la production a dû faire face à "l'accumulation des difficultés". Ce fut le cas cette année selon Stéphane Rotenberg : "Les autorisations pour tourner au Japon ont été très très compliquées à avoir. On a eu beaucoup de refus." Pour autant, une douzième saison est déjà en préparation.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.