Stéphane Bern sur les événements mondains : "Dans le fond, je déteste ça"

Stéphane Bern sur les événements mondains : "Dans le fond, je déteste ça"
Remise du prix Saint Roch au Syndicat National du Commerce de l'Antiquité, de l'Occasion à Stéphane Bern par les organisateurs de la Foire de Chatou à Paris, le 1er octobre 2019.

Le 24 décembre 2020, Stéphane Bern, qui possède une maison dans le Perche, a été interviewé par France Bleu Normandie. Il a alors clamé son amour pour cette région et pour la vie simple qu'il y mène, loin des soirées mondaines.

C'est chez lui, dans le Collège Royal et Militaire de Thiron-Gardais, dans le Perche, que Stéphane Bern a passé la majorité de l'année 2020. Les confinements lui ont permis de se ressourcer, de découvrir une autre manière de vivre et même de se remettre en question. "Je crois que j'ai décidé de changer de vie et de venir m'installer définitivement ici. Je trouve qu'on a plus le sens de la réalité quand on est à la campagne", avait raconté l'animateur le 4 mai dernier au micro de France Bleu.

Une vie loin de "cette horrible réputation de mondain"

Sept mois plus tard, ce passionné de patrimoine n'a toujours pas changé d'avis. "Après cette année de confinement, j'ai décidé de passer plus de temps dans le Perche. C'est une région merveilleuse", a-t-il confié, toujours à France Bleu. Et Stéphane Bern de faire une révélation bien éloignée de l'image qu'il renvoie : "Moi qui avais cette horrible réputation de mondain, j'ai pu prouver que je pouvais me passer des dîners, soirées et inaugurations. Parce qu'en fait, dans le fond, je déteste ça."

"Je n'aime qu'une chose, c'est être chez moi avec mes animaux, a poursuivi le présentateur, qui passe les fêtes de fin d'année dans le Perche avec quelques proches. J'ai la chance d'avoir mes chiens, des poules, des chèvres et d'être dans la nature. Donc oui je me suis adapté durant cette période et j'ai moins souffert du confinement que celles et ceux qui sont restés en ville."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.