Stéphane Bern moqué à ses débuts : "C'était d'une férocité..."

Stéphane Bern moqué à ses débuts : "C'était d'une férocité..."
Stéphane Bern lors d'un gala de charité organisé par Longines au Musée Rodin à Paris, le 2 juin 2018.

Lundi 29 juin 2020, Stéphane Bern était sur les ondes d'Europe 1. Interrogé par Anne Roumanoff dans l'émission Ça fait du bien, il est revenu sur sa passion pour l'Histoire qui, à ses débuts, était moquée par certains.

À la rentrée prochaine, Stéphane Bern va quitter RTL pour rejoindre Europe 1. Il y animera, aux côtés de Matthieu Noël, une nouvelle émission centrée sur l'Histoire, un sujet qui le passionne depuis longtemps. "Ma passion pour l'Histoire est toujours intacte", a-t-il ainsi confié à Anne Roumanoff avant de nuancer : "Il y a quand même un peu de recul, un recul un peu amusé. Je ne suis plus le fan un peu extatique des débuts, celui qu'on caricaturait dans Les Guignols en train de se frotter sur les jambes des rois."

"J'ai tout entendu"

Incollable sur les têtes couronnées, celui qui a eu envie de "réorienter (sa) vie" lors du confinement a subi beaucoup de critiques, surtout lorsqu'il a débuté à la télévision. "Il y avait une méchanceté qui disait : 'Il cire les pompes et il pompe les sires', s'est-il souvenu. C'était d'une férocité... Au fond, ça m'a tellement servi, on s'est tellement moqué de moi quand j'ai commencé dans les années 1985 que j'ai tout entendu. Ça donne une carapace, ça permet de regarder la vie avec plus de détachement et de recul, et puis le plus dur dans nos métiers, c'est de durer et d'être un personnage." Et le présentateur de Secrets d'histoire de conclure : "Oui, j'ai toujours cette passion pour l'Histoire mais j'essaye de la raconter autrement." Une formule qui, après avoir séduit les téléspectateurs de France 2, devrait bientôt conquérir les auditeurs d'Europe 1 !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.