Sheila : insultée et victime de propos racistes, elle ne regrette rien

Sheila : insultée et victime de propos racistes, elle ne regrette rien
Sheila lors de l'enregistrement de l'émission Génération Succès, le 11 janvier 2004.

Invitée sur les ondes d'Europe 1 par la journaliste Pascale Clark, Sheila est revenue sur un épisode de sa carrière qui "lui a valu beaucoup d'ennemis".

La carrière de Sheila a de quoi impressionner. Après plus de cinquante années d'un succès quasi ininterrompu, la star a récemment fait son retour dans les bacs à l'occasion de la réédition de son album "Spacer". Elle travaille actuellement sur un nouveau disque, attendu pour 2021. Au cours de ces années passées sur le devant de la scène, l'icône yéyé a malheureusement connu quelques déconvenues. Au micro de Pascale Clark ce mardi 18 août 2020, l'interprète de L'école est finie a accepté de raconter comment l'une de ses collaborations passées avait provoqué un torrent de haine à son encontre.

Il y a quelques semaines, Sheila confiait ne plus assumer certaines de ses chansons. Aujourd'hui, elle est revenue sur l'une de ses collaborations qu'elle assume encore pleinement, mais qui avait à l'époque de sa sortie déclenché des réactions virulentes. Cette collaboration, c'est le titre Love me baby, sorti en 1977. Sur la pochette de ce 45 tours comme lors des prestations télévisées, la chanteuse était alors toujours accompagnée des trois danseurs noirs du groupe B. Devotion. Et ça, ça n'a pas plu à certains.

"J'étais quand même la p*** blonde avec les trois noirs"

"C'était plus qu'osé parce que moi, j'ai été la première personne à amener des gens de couleur en télévision. Ça n'existait pas", a confié Sheila avant d'expliquer qu'elle était fière de cette collaboration : "Ça m'a valu beaucoup d'ennemis, mais j'ai assumé. (...) Vous ne vous rendez pas compte le nombre de portes qui se sont fermées, j'étais quand même la p*** blonde avec les trois noirs, il ne faut pas rêver non plus !"

Pour celle qui faisait à l'époque chavirer le coeur de Smaïn, il s'agit même d'une étape importante de sa carrière : "Aujourd'hui, on parle du racisme mais imaginez-vous dans les années 1970, début 80, c'était très très très mal vu, on ne se mélangeait pas ! (...) Moi je suis ravie de l'avoir fait, j'ai eu une période extraordinaire avec ces garçons que j'adore. Et puis moi, les histoires de couleurs, de religions, etcétéra, je trouve ça tellement démodé et ridicule."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.