Sharon Stone déçue des applis de rencontres : "Rien ne remplace le contact"

Sharon Stone déçue des applis de rencontres : "Rien ne remplace le contact"
Sharon Stone lors de la 92e cérémonie des Academy Awards à Los Angeles, le 9 février 2020.

Pas facile de trouver l'âme soeur, même lorsqu'on est une star. Pour mettre toutes les chances de son côté, Sharon Stone s'est lancée dans l'aventure des sites de rencontres et tire un bilan pour le moins mitigé de cette expérience.

Sharon Stone a décidé de vivre avec son temps. Déterminée à trouver l'amour, la femme fatale de "Basic Instinct" s'est inscrite sur des applications de rencontres. Après un faux départ fin 2019, l'actrice a renouvelé l'expérience. Aujourd'hui, la star qui a posé nue à 61 ans livre ses observations sur le monde de la drague 2.0.

Dans les colonnes du magazine Gala paru en kiosques le 14 mai 2020, Sharon Stone dresse un bilan mitigé de son expérience sur les sites de rencontres : "Je ne sais plus vraiment quoi en penser. J'y suis toujours, mais je suis un peu perplexe. Les sentiments comme l'attirance entre les êtres ne peuvent pas être partagés via des textos ou FaceTime. Rien ne remplace le contact, le pouvoir des phéromones ! Et je ne peux m'empêcher de penser à mes parents qui sont restés mariés soixante ans, avec de vrais atomes crochus !" Les temps ont en effet bien changé.

"Ils sont tous comme des tigres en cage"

"J'ai eu quelques rendez-vous qui mériteraient vraiment de figurer au scénario d'une série comique", s'amuse-t-elle. Mais à l'heure du confinement, toujours en vigueur à Los Angeles, celle qui a frôlé la mort en 2001 constate que les choses semblent s'arranger : "Depuis cette pandémie, j'ai l'impression que les hommes ont commencé à redescendre sur Terre. Ils se mettent à cuisiner, parlent comme des êtres humains... Certes, ils sont tous comme des tigres en cage (...) mais ils semblent se calmer. Enfin, un peu, parfois." La star trouvera-t-elle l'amour sur Internet ? L'avenir nous le dira.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.