Ségolène Royal évoque la violence de l'adultère de François Hollande

Ségolène Royal évoque la violence de l'adultère de François Hollande
Ségolène Royal à l'Opéra de Monte-Carlo à Monaco, le 26 septembre 2018.

Dans un livre confession, Ségolène Royal parle à coeur ouvert de son expérience de femme, que ce soit dans sa carrière politique ou dans sa vie privée. Et François Hollande en prend pour son grade.

Motivée par l'explosion du phénomène #MeToo, Ségolène Royal vide son sac dans "Ce que je peux enfin vous dire", un livre publié mercredi 31 octobre 2018 aux éditions Fayard. L'ancienne candidate socialiste à la présidentielle de 2007 y évoque les obstacles qu'elle a rencontré dans sa carrière politique et sa vie privée. Elle règle notamment ses comptes avec son ex-mari, François Hollande, avec qui elle a partagé sa vie durant 30 ans.

L'adultère, la trahison ultime

L'ancienne ministre de l'Écologie va droit au but lorsqu'il s'agit d'aborder l'épineux sujet de François Hollande. "Comme tout le monde le sait maintenant, j'avais été cruellement trahie avant et pendant la campagne présidentielle de 2007 pour une femme de dix ans plus jeune", confesse-t-elle, avant de se remémorer "la violence de l'adultère, et la férocité de la bigamie qui tétanise", ainsi que "la souffrance encaissée sans broncher".

Suite à la relation extraconjugale de l'ancien président de la République avec la journaliste Valérie Trierweiler, Ségolène Royal avoue qu'elle aurait "dû mettre fin à cette situation dès le début de la campagne" et se "séparer". Ce qu'elle fera en 2007, juste après sa défaite au deuxième tour des présidentielles contre Nicolas Sarkozy. "J'ai mis beaucoup de temps à soigner mes blessures, à m'émanciper de ce fardeau et à me tourner vers un autre futur. C'est pourquoi j'ai décliné la proposition de reprendre la vie commune", révèle-t-elle avec sincérité.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.