Ségolène Royal en veut à François Hollande de ne pas l'avoir "soutenue" en 2007

Ségolène Royal en veut à François Hollande de ne pas l'avoir "soutenue" en 2007
Ségolène Royal lors du photocall du dîner des 70 ans du Festival de Cannes, le 23 mai 2017.

Douze ans après la défaite de la gauche aux élections présidentielles, Ségolène Royal semble toujours amère concernant les raisons qui ont déchiré son parti. En ligne de mire ? La trahison de son conjoint de l'époque, François Hollande.

Dans une interview à Télé-Loisirs le 11 mars 2019, l'ancienne ministre de l'Environnement s'est livrée sans fard sur les tensions qui subsistaient au sein du Parti socialiste lors de sa course à la présidentielle, en 2007. En tant que femme à la tête de son camp, Ségolène Royal raconte avoir dû faire face à une certaine hostilité de la part de ses collègues masculins. Une misogynie déjà évoquée par la femme politique dans son livre paru à l'automne 2018, "Ce que je peux enfin vous dire".

À Télé-Loisirs elle explique : "Dans mon camp, les hommes ne supportaient pas que ce soit moi qui ai gagné l'investiture. Alors que j'avais les mêmes diplômes qu'eux, que j'avais plus d'expérience politique qu'eux. Mais j'étais décrite comme une femme venant de nulle part."

"Mon propre conjoint ne m'a pas soutenue (...) et me trompait"

Une période difficile pour Ségolène Royal, qui attribue une part de responsabilité à François Hollande. "Pourquoi n'ai-je pas dit à ces messieurs : 'Ou vous me soutenez, ou vous quittez ma campagne'. Y compris à mon propre conjoint qui ne m'a pas soutenue pendant la campagne et qui en plus me trompait...", déclare-t-elle. Puis d'ajouter : "J'aurais dû lui dire 'Ou tu me soutiens, ou tu t'en vas.'" Pour rappel, à l'époque, François Hollande entretenait une relation clandestine avec Valérie Trierweiler.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.