Retour d'Intervilles : la fin des vachettes créé la polémique

Retour d'Intervilles : la fin des vachettes créé la polémique
L'Union des villes taurines appelle à boycotter le retour d'Intervilles.

L'émission Intervilles s'apprête à faire son grand retour, mais sans les vachettes qui ont contribué à son succès. Une décision mal accueillie par l'Union des villes taurines de France qui appelle à boycotter le jeu.

Le 18 décembre 2019, sur Twitter, Nagui annonçait le retour imminent de l'émission culte des années 1990 et 2000 sur le service public. "J'ai le plaisir de vous annoncer qu'en 2020 ce sera le retour d'Intervilles que j'aurai la chance de produire sur France 2", avait-il écrit, révélant au passage que Valérie Bègue, Olivier Minne et Bruno Guillon seraient à la présentation. Le lendemain, Olivier Minne précisait que ce retour se ferait sans les vachettes. Et une polémique s'est mise à enfler, principalement dans le Sud Ouest.

Une décision qui ne fait pas l'unanimité

Sur Facebook, le groupe "Non à Intervilles sans vachettes" rassemble près de 13 000 mécontents. Par ailleurs, le 21 janvier 2020, l'Union des villes taurines de France a appelé au boycott du programme. "L'UVTF demande aux villes taurines de ne pas participer à Intervilles si la décision d'en exclure les vaches landaises est maintenue. Nos arènes ont fait le succès de cette émission mais n'en accueilleront pas une version édulcorée stigmatisante pour la culture taurine", a-t-elle écrit sur Twitter tout en interpellant Nagui. Une cinquantaine de communes font partie de cette union, dont Mont-de-Marsan et Dax, les villes les plus victorieuses du programme.

Le 19 décembre dernier, auprès de Puremédias, Nagui avait lancé un mystérieux : "Dans Intervilles 2020, la vachette oui, les animaux non." Le symbole de l'émission devrait être présent mais sous une nouvelle forme. Le fameux "Top à la vachette !" n'est donc pas enterré pour autant !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.