Renaud "serait mort" s'il n'avait pas été surveillé par deux assistants 24h/24

Renaud "serait mort" s'il n'avait pas été surveillé par deux assistants 24h/24
Renaud au Grand Prix Sacem à la salle Pleyel à Paris, le 10 décembre 2018.

Le chanteur de 67 ans a accordé une interview au journal Le Parisien, revenant sur son prochain album à paraître à l'automne mais aussi et surtout sur son état de santé, lui qui est suivi par deux "anges gardiens" depuis 2015.

"J'ai toujours eu envie de vivre, malgré ce que disent les journaux people", a assuré de but en blanc Renaud dans un entretien avec Le Parisien, publié dimanche 14 juillet 2019. Une bonne nouvelle pour le chanteur qui a connu de longs mois compliqués, entre la disparition de son frère et celle de sa mère ainsi que plusieurs passages par la case désintox.

Si aujourd'hui l'interprète de Toujours Debout va "mieux", c'est aussi grâce à ses assistants, Pierre et Bloodi, "présents à ses côtés 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, une semaine sur deux" depuis 2015. "Nous sommes entrés directement dans le dur : quinze jours d'hospitalisation à Bruxelles pour une cure de désintoxication, pendant l'enregistrement en Belgique", s'est souvenu Pierre avant d'ajouter : "Très vite, j'ai su que nous allions rester longtemps. Ça l'angoisse de vivre seul."

"Sa famille a confiance en nous"

Les deux hommes qui connaissent Renaud depuis 15 ans, vivent donc "tout le temps avec lui". Aussi ont-il pu lui sauver la vie, notamment en cours de la tournée de l'artiste de 2015. Une tournée de plus de 100 dates qui "lui a fait du bien, mais l'a aussi très fatigué", selon Pierre. "Il est passé de rien à quatre concerts par semaine, un truc de fou ! À chaque fois, on est resté. On est très protecteurs avec lui, on lui remonte parfois les bretelles, on le protège, y compris de lui-même. Il serait mort si on n'était pas là", a-t-il confié, précisant au passage : "C'est pour ça aussi, je pense, que sa famille a confiance en nous."

À l'eau depuis plus de six mois - il est sorti de cure le 9 janvier, jour de la mort de son frère - Renaud a toutefois bien failli passer l'arme à gauche entre temps selon son assistant : "Il est tombé chez lui dans l'escalier, il s'est cassé les deux poignets et un coude. (...) C'est un miracle qu'il s'en soit tiré. Il a failli mourir, mais il a une chance folle. Il a l'air fragile, mais il a les meilleurs indices de sang de toute la bande. C'est une force de la nature." Une force de la nature qui peut heureusement compter sur ses deux anges gardiens.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.