Rachida Dati se confie sur son mariage "forcé" : "Je voulais effacer cette page"

Rachida Dati se confie sur son mariage "forcé" : "Je voulais effacer cette page"
Rachida Dati tient une réunion publique à la Salle Gaveau à Paris, le 9 mars 2020.

Invitée dans Il n'y a pas qu'une vie dans la vie, sur Europe 1, le 24 mai 2020, Rachida Dati s'est livrée sur un pan méconnu de son existence : son mariage "forcé" dont elle a eu beaucoup de mal à obtenir l'annulation.

En novembre 1992, à 27 ans, Rachida Dati épousait à Chalon-sur-Saône un homme qu'elle n'avait pas choisi et qu'elle n'aimait pas. "Ce n'était pas une contrainte de la part de mon père, il ne l'a pas choisi, ne me l'a pas imposé, mais il y avait une pression culturelle dans la cité où j'habitais, de ne pas être mariée", a précisé celle qui, à l'époque, était "conditionnée par le fait que c'est bien de se marier et de faire des enfants".

Lui ne voulait pas divorcer

Dès le lendemain, la future maman de Zohra demandait l'annulation de ce mariage qu'elle qualifie de "forcé". "Je me suis dit : 'Je ne peux pas rester dans cette situation.' Évidemment, lui ne voulait pas divorcer et je voulais une annulation. Je voulais effacer cette page, y compris sur mon acte de naissance", raconte-t-elle à Europe 1. Le procureur de la République ayant refusé sa demande, Rachida Dati choisissait de prendre du recul en quittant la France. La plupart de ses proches pensait alors qu'elle se rendait en Angleterre pour sa carrière, y compris son mentor Nicolas Sarkozy : "Il ne savait pas que j'avais vécu cela, et j'avais toujours dit que j'étais partie à Londres travailler."

Aidée par plusieurs personnes, notamment Simone Veil qui lui a recommandé une avocate, la femme politique a fini par obtenir gain de cause. Et ce n'est qu'en apprenant que sa démarche était "quasiment acquise" qu'elle est finalement revenue en France.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.