Rachida Dati, élevée dans un quartier violent : ses nuits à jamais marquées

Rachida Dati, élevée dans un quartier violent : ses nuits à jamais marquées
Rachida Dati lors du Festival Automobile International à Paris, le 27 janvier 2016.

Dans son livre "La confiscation du pouvoir", paru aux Éditions Plon le 21 novembre 2019, l'ancienne ministre raconte son parcours politique mais s'attarde aussi sur son enfance, pas toujours facile, au sein d'un milieu populaire de Chalon-sur-Saône.

Si elle vit désormais à Paris dont elle est maire du VIIe arrondissement, c'est à Chalon-sur-Saône en Bourgogne que Rachida Dati a grandi. Là, son enfance a été marquée par différentes sortes de violence comme elle le raconte dans son ouvrage "La confiscation du pouvoir" : "Les violences sont venues à moi. Dans mon quartier, j'ai appris à faire la distinction entre la violence bruyante, qui brûle des voitures, et la muette, celle de la gangrène de la drogue, celle de la brutalité des hommes."

"Les nuits sont à braver"

Une source d'inquiétude pour la petite fille qu'elle était et qui a perturbé ses nuits jusqu'à aujourd'hui. "Ces nuits d'enfance m'ont emmurée dans un sentiment d'insécurité et dans une grande solitude que rien ne guérit. Même douces, les nuits sont à braver", écrit la maman de Zohra, qui a, elle, connu le harcèlement à l'école, dans son livre.

Pour autant, Rachida Dati ne souhaite pas oublier ces conditions de vie difficiles puisqu'elle indique aussi : "Nietzsche a dit que ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort. Ce que je sais, c'est que chaque épreuve a laissé des cicatrices. Chaque souffrance a laissé des traces. Je n'ai pas cherché à les oublier ni à les refouler. Ces épreuves et ces souffrances font partie de moi, de mon histoire."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.