Quel patron Johnny Hallyday était-il ?

Quel patron Johnny Hallyday était-il ?
Johnny Hallyday sur la scène des 24e Victoires de la Musique au Zénith de Paris, le 28 février 2009.

Au cours d'un entretien qu'il a accordé au Figaro, le guitariste Yarol Poupaud a accepté de se livrer sur la relation qu'il entretenait avec Johnny Hallyday. Dans une interview publiée le 14 novembre 2020, le musicien raconte sa rencontre avec le Taulier et se souvient de quel genre de patron il était.

C'est en 2005 que les routes de Yarol Poupaud et Johnny Hallyday se sont croisées. Invité à endosser le rôle d'un guitariste pour les besoins du film "Jean-Philippe", celui qui fait désormais partie des grands musiciens de l'ombre a improvisé un boeuf avec l'interprète de Vivre pour le meilleur. Séduit par son talent, Johnny a par la suite demandé au guitariste de l'accompagner en tournée avant de faire de lui son directeur musical. Une collaboration que Yarol Poupaud, par ailleurs réalisateur de l'album "On a tous en nous quelque chose de Johnny", n'oubliera jamais.

"Il pouvait avoir des mots durs"

Quel genre de patron était Johnny Hallyday ? Selon Yarol Poupaud, la star du rock'n roll était quelqu'un de "très exigeant". À travers ses mots, on découvre un Johnny perfectionniste, déterminé à aller droit au but et "pas du genre à tergiverser". "Au boulot, il était très sûr dans ses choix", se souvient le guitariste de 51 ans avant d'ajouter : "Il était vraiment aux manettes et décidait de chaque détail (...) On pouvait sortir d'une discussion avec lui un peu secoué." Car le rockeur ne s'embrassait pas de formules de politesse pour dire à ses employés ce qu'il pensait de leur travail : "Il pouvait avoir des mots durs et dire par exemple : 'Ta proposition, c'est de la merde.' Ou sur une chanson : 'Tu as fait n'importe quoi, c'est nul !' Mais ensuite, techniciens comme musiciens avaient des instructions claires et nettes." Des confidences inédites de la part de celui qui se souvient de Johnny Hallyday comme d'un "fauve aux plus de 3 000 concerts".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.