Quand Charlotte Gainsbourg évoquait le "flou" concernant l'héritage de son père

Quand Charlotte Gainsbourg évoquait le "flou" concernant l'héritage de son père
Charlotte Gainsbourg à l'avant-première du film "Mon chien stupide" au cinéma UGC Normandie à Paris, le 22 octobre 2019.

Le 2 mars prochain marquera les trente ans de la mort de l'illustre Serge Gainsbourg. En 1991, le chanteur disparaissait tragiquement, laissant derrière lui quatre enfants. Des années plus tard, dans un entretien accordé au Parisien, Charlotte Gainsbourg se souvenait notamment de la question de l'héritage qui a été un véritable casse-tête à régler...

Des femmes, Serge Gainsbourg en a connu beaucoup. Mais seules trois d'entre elles lui ont donné des enfants : Natacha et Paul, ses deux aînés issus de son deuxième mariage avec Françoise-Antoinette-Michèle Pancrazi dite Béatrice, Charlotte Gainsbourg fruit de son amour avec Jane Birkin et enfin Lucien né de sa relation avec sa dernière compagne, Caroline von Paulus. Lors de sa disparition, c'est donc entre ses quatre progénitures que son héritage a dû être réparti. Un véritable puzzle, selon Charlotte Gainsbourg, qui s'est remémoré ces moments compliqués en 2018. "C'est revenu aux enfants, on a tout partagé. (...) On s'est débrouillé. Mon père nous a laissés dans un flou total. C'est ce qu'il voulait : après moi, le déluge. Et c'était le cas, on ne savait pas ce qu'il fallait faire. J'avais 19 ans, mes frères et soeurs à peine plus, mon petit frère Lulu avait 5 ans... Et on avait des demandes qui venaient de partout", avait-elle alors expliqué dans les colonnes du Parisien.

Toute une organisation

Du côté de l'immobilier, Charlotte Gainsbourg émet l'envie de réinvestir le domicile parisien de son père mais certains membres de la famille s'y opposent farouchement. Résignée, la jeune chanteuse conserve le bien intact jusqu'à ce que l'idée d'en faire un musée pointe le bout de son nez. "Ça a énormément de valeur pour moi (...) c'est pour ça que je veux l'ouvrir et en faire un musée", expliquait-elle en 2018 sur France Inter. Depuis, le permis de construire, notamment pour "permettre l'accès aux personnes à mobilité réduite" lui a enfin été accordé.

Concernant l'oeuvre musical de Serge Gainsbourg, tout est géré par la société d'édition Melody Nelson Publishing que l'artiste avait créé au début des années 1970 pour gérer les droits liés à son oeuvre. Si Jane Birkin s'est vu attribuer 20% du capital lorsque l'artiste était encore en vie, les quatre enfants du chanteur perçoivent aujourd'hui, à parts égales, le chiffre d'affaire de la société qui avoisinerait les 450 000 euros par an.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.