Polémique Polanski : Roselyne Bachelot se "serait levée" comme Adèle Haenel

Polémique Polanski : Roselyne Bachelot se "serait levée" comme Adèle Haenel
Roselyne Bachelot sur scène lors d'une représentation de la pièce "Les Monologues du Vagin" au théâtre Bobino de Paris le 7 mars 2018.

Invitée par Apolline de Malherbe sur BFMTV, Roselyne Bachelot a affirmé son soutien à Adèle Haenel concernant la polémique liée à la récompense octroyée lors de la dernière cérémonie des César à Roman Polanski pour le film "J'accuse". La ministre de la Culture a en effet affirmé qu'elle se serait elle aussi levée si elle avait été présente ce soir-là.

Invitée sur BFMTV lundi 26 octobre 2020, Roselyne Bachelot a évoqué la sortie remarquée d'Adèle Haenel lors de la cérémonie des César en février dernier. La ministre de la Culture a pris la défense de la jeune comédienne, expliquant qu'elle se serait également levée si elle avait été présente lors de l'attribution du César de la meilleure réalisation à Roman Polanski, metteur en scène condamné aux États-Unis pour des rapports sexuels illégaux avec une mineure, également accusé par plusieurs femmes d'agressions sexuelles commises dans les années 1970 et 1980. Comme Charlize Theron en juillet dernier, la politicienne de 73 ans a validé à son tour le geste de l'actrice principale de "Portrait de la jeune fille en feu".

"Moi ce que je veux, c'est combattre le sexisme", a commencé par révéler Roselyne Bachelot avant de poursuivre : "Je pense que la récompense de Roman Polanski était malvenue et qu'elle a blessé à juste titre des militantes." Et la ministre d'ajouter : "L'association des César, qui n'a rien à voir avec une organisation gouvernementale, aurait dû sans doute éviter ce genre de difficulté."

Roselyne Bachelot : "Évidemment je me serais levée !"

Suite à ces déclarations, Apolline de Malherbe a demandé à son invitée si, comme Adèle Haenel, elle se serait levée si elle avait été présente lors de la cérémonie. La réponse de Roselyne Bachelot ne s'est pas faite attendre : "Oui, si j'y étais allée en tant que ministre de la Culture, évidemment je me serais levée ! Il n'y avait pas de doute." Une prise de position claire et un message de soutien on ne peut plus limpide.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.