Pierre Palmade sur l'alcool et la drogue : "Muriel Robin m'engueulait"

Pierre Palmade sur l'alcool et la drogue : "Muriel Robin m'engueulait"
Pierre Palmade à la présentation de la nouvelle revue "Paris Merveilles" au Lido à Paris, le 8 avril 2015.

Fabien Gallet

L'humoriste a publié une autobiographie baptisée "Dites à mon père que je suis célèbre" le 2 mai 2019. À cette occasion, il a accordé une longue interview au journal Le Point, évoquant une nouvelle fois ses excès et leurs conséquences.

À 51 ans, Pierre Palmade est un homme qui lutte encore et toujours contre ses démons, l'alcool et la drogue. "Un gros problème" dont il a pris conscience à 35 ans, ce qu'il a expliqué au Point dans une interview publiée lundi 17 juin 2019. Mais ses addictions ont, elles, commencé plus d'une décennie plus tôt, lorsque sa carrière a décollé. "J'ai adoré cette époque : j'étais riche, bien sûr, mais surtout adulé. (...) J'allais dans les boîtes pour qu'on me reconnaisse. Et là, je fais ma plus mauvaise rencontre : on me propose de la cocaïne, je plonge tête baissée", s'est-il souvenu.

"Ma vie sexuelle en dépendait"

L'alcool et la drogue lui permettent alors d'assumer son homosexualité. Ses proches n'ont de cesse de le mettre en garde. En vain. "Je ne les écoutais pas, puisque ma vie sexuelle en dépendait. En revanche, ma carrière s'est toujours faite à jeun, je séparais ma vie en deux. Mais je n'étais pas toujours frais...", a-t-il précisé avant de révéler : "Muriel Robin m'engueulait parce que j'annulais parfois les séances d'écriture, après une nuit trop arrosée."

De son côté, la comédienne Jacqueline Maillan avait elle aussi compris son petit manège et tentait de le préserver : "(Elle) m'avait dit un jour : 'Pierre, vous savez, je sais ce que vous faites après le dîner, vous vous levez, vous allez aux toilettes pour prendre de la drogue : faites attention à vous, ça ne me regarde pas, mais faites attention à vous.'"

Pierre Palmade mettra du temps à enfin assumer son "problème". Lui qui se considère aujourd'hui comme "un survivant", multiplie les cures de désintoxication et les suivis avec "des addictologues, des thérapeutes, des groupes de paroles, les Alcooliques anonymes, les Narcotiques anonymes". "Je prends tous les outils possibles, et ça fonctionne puisque j'ai de longues périodes d'abstinence. Ce qui n'empêche pas les rechutes", a-t-il avoué.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.