Pierre Billon raconte la nuit où Johnny a failli les faire "flinguer"

Pierre Billon raconte la nuit où Johnny a failli les faire "flinguer"
Portrait de Pierre Billon, le 6 novembre 2018.

Un des amis proches de Johnny Hallyday, Pierre Billon, a fait part d'une anecdote surprenante à Télé Star le 5 décembre 2018. Il est en effet revenu sur le moment où ils ont failli mourir aux États-Unis... à cause du Taulier.

Invité de Télé Star, il y a quelques semaines, le célèbre producteur et meilleur ami du Taulier, Pierre Billon s'est remémoré "la nuit où Johnny a failli (les) faire flinguer !"

"Je vais attraper son flingue"

En 1983, Johnny Hallyday et Pierre Billon se rendent à Memphis, pour enregistrer le 32e album du chanteur. Après une longue journée au studio, les deux amis, accompagnés d'Éric Bouad et Erick Bamy, terminent une journée de travail par un dîner au restaurant Chez Max. "C'était l'époque où Johnny avait mal à la hanche", a-t-il expliqué avant de préciser : "Il prenait des médocs." Des médicaments qui, mélangés à l'alcool ne font pas bon ménage et sont susceptibles de déteindre sur le comportement. C'est ce qui est arrivé au Taulier. "Les flics sont juste à côté (...) et Johnny commence à dire 'je vais attraper son flingue", s'est souvenu Pierre Billon.

Ce dernier essaye donc de le raisonner : "Je lui dis que ce n'est pas une bonne idée (...). Personne nous connaît et on va mourir bêtement, sans que ça fasse même deux lignes dans le Tennessian, le journal local". Mais la situation dérape lorsque "les trois flics se mettent en position !"

"J'arrive à le convaincre de ne pas faire le truc et on se lève pour partir et là, il glisse et il s'écrase sur la table des flics. Heureusement, j'avais toujours des ordonnances sur moi", a ajouté Pierre Billon qui s'est souvenu d'avoir fourni les preuves nécessaires aux policiers pour les convaincre que le Taulier n'était pas "bourré" mais simplement sous traitement médical. Une histoire incroyable, ancrée dans sa mémoire à jamais !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.