Philippe Etchebest en colère contre le confinement : "C'est très injuste !"

Philippe Etchebest en colère contre le confinement : "C'est très injuste !"
Le chef Philippe Etchebest au dîner de gala du"Bordeaux S.O Good", à Bordeaux, le 30 novembre 2014. (L'abus d'alcool est dangereux pour la santé)

Les annonces du président de la République concernant le reconfinement n'ont pas apaisé le chef Philippe Etchebest, déjà bien remonté. Le jury de Top Chef s'est exprimé sur le renforcement des mesures sanitaires après l'allocution du 28 octobre 2020 auprès de LCI.

On le savait déjà bien engagé dans la lutte de son secteur et de l'économie en France depuis le premier confinement ; Philippe Etchebest est de nouveau monté à la charge contre les mesures gouvernementales exceptionnelles en place au moins jusqu'au premier décembre. Il dit tout ce qu'il pense de cette "injustice totale".

Philippe Etchebest, qui vient de reprendre les tournages de Top Chef aux côtés d'Hélène Darroze, de Michel Sarran et de Paul Pairet, entame en constatant que les restaurateurs ont "tout fait, comme de bons élèves (...) pour arriver à quoi ? À une fermeture, donc c'est génial..." Celui qui est sous le choc considère ce nouveau confinement d'au moins un mois de "coup de grâce, c'est une mise à mort de beaucoup de TPE (Très Petites Entreprises)".

"On espère. On parle, on dit des choses, on nous écoute, mais on ne nous entend pas"

Le chef cuisinier de 53 ans rappelle l'injustice totale de ce "couperet sur la tête" : "C'est très injuste pour ceux qui font leur travail correctement et font tout pour que les gestes barrières soient appliqués (...) Vous vous rendez compte tout ce que ça a demandé comme investissement ? Comme efforts ? Et aujourd'hui, on nous fait tomber."

Toujours sur LCI, Philippe Etchebest fronde amèrement : "On ne fait que ça, espérer. On espère. On parle, on dit des choses, on nous écoute, mais on ne nous entend pas." Il dresse enfin le triste bilan des répercutions de cette trouble période : "Je peux vous assurer qu'aujourd'hui, ça va être des milliers d'emplois qui vont être perdus, des centaines et des centaines d'entreprises qui vont fermer. Et au-delà de la faillite financière, il y a la faillite morale qui va être terrible pour les familles. Ce sont 2 millions d'emplois que nous générons aujourd'hui, c'est colossal." Il atténue enfin son propos en rappelant l'importance de la santé, et que l'équilibre entre celle-ci et l'économie est difficile à trouver.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.