Patrick Bruel : quelle place la religion a-t-elle occupé dans son éducation ?

Patrick Bruel : quelle place la religion a-t-elle occupé dans son éducation ?
Patrick Bruel lors de la remise par l'association 12 de coeur d'un chèque de 800 000 euros aux Restos du Coeur, à Paris, le 16 octobre 2018.

Invité de l'émission La Face Katché le 8 février 2021, Patrick Bruel s'est confié sur un sujet qu'il aborde rarement : son rapport à la religion, et la place qu'elle a eu dans son éducation.

Reçu par Manu Katché dans la web-émission qu'il anime sur Yahoo Actualités, Patrick Bruel a fait de rares confidences sur la place que le judaïsme a occupé dans son éducation, et révélé quel est aujourd'hui son rapport à la religion. "Je n'ai pas été élevé dans la religion mais dans le respect des traditions", a expliqué celui qui partage une surprenante passion avec Michel Cymes avant d'évoquer son goût pour les "grandes fêtes" religieuses et le plaisir qu'il éprouve à "faire un shabbat de temps en temps". "C'est intéressant de faire un shabbat, c'est intéressant de réunir la famille le vendredi soir, en laissant les téléphones et la télévision de côté, en étant ensemble, en discutant de ce qu'a été une semaine, de ce que va être la suivante" a poursuivi l'interprète de Qui a le droit.

"Je viens d'un milieu pas du tout religieux, très progressiste, ce qui fait de moi un être éminemment cartésien", a confié le chanteur. Mais si ses parents, d'origine juive berbère, n'étaient pas particulièrement pratiquants, le jeune Patrick Bruel, lui, a très tôt été attiré par le judaïsme : "Moi, je voyais quelque chose dans la religion qui m'attirait qui me plaisait et j'étais très agacé à 8 ans, 9 ans, quand le vendredi soir, ils bâclaient les shabbats à une vitesse folle." Bien plus tard, c'est une rencontre très particulière qui a amené celui qui est un as du poker à étudier davantage la religion juive.

"On est juif à partir du moment où on nous le reproche"

En 1997, Patrick Bruel est présenté à Anaëlle, une petite fille polyhandicapée, dont il s'est souvenu avec émotion : "Elle a écrit un livre, 'Le livre d'Anaëlle'. Peut-être qu'à travers ce livre, on peut comprendre beaucoup de choses. En tout cas, moi, ça a totalement bouleversé mon regard, mes croyances, mon parcours. C'est la conversation la plus troublante, la plus profonde, la plus fondatrice que j'ai jamais eue." De ces échanges réguliers que l'interprète de Casser la voix a eu avec Anaëlle, disparue en 2010, est née l'envie d'en apprendre davantage sur le Talmud et la Torah, et de transmettre les traditions juives à ses fils. Lorsque celui qui avait recueilli les confidences de Yannick Noah sur le racisme dont il a souffert a demandé à Patrick Bruel ce que représentait le fait d'être juif de nos jours, ce dernier a résumé simplement : "On est juif à partir du moment où on nous le reproche. Si tu ne m'en parles pas, ça n'intervient pas. Ça ne doit pas rentrer en ligne de compte, ça ne doit pas exister."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.