Omar Sy sur le mouvement contre les violences policières : "Un #MeToo des keufs"

Omar Sy sur le mouvement contre les violences policières : "Un #MeToo des keufs"
Omar Sy à la première du film "Police Night Shift" lors de la 70e édition du festival international du film de Berlin, le 28 février 2020.

Après avoir manifesté contre les violences policières à Los Angeles aux États-Unis, Omar Sy continue son combat contre les discriminations à travers une tribune poignante publiée dans le Nouvel Obs, le 10 juin 2020.

Personnalité préférée des Français, Omar Sy a lancé un appel à la population dans les colonnes du Nouvel Obs, ce mercredi 10 juin, dans lequel il encourage à lutter contre le fléau du racisme et les dérives des forces de l'ordre. Soutien indéfectible de la famille d'Adama Traoré - mort à la gendarmerie de Persan en 2016 -, l'acteur de 42 ans réclame notamment plus de justice, ainsi qu'une "police digne de notre démocratie".

Une mobilisation sans précédent

Sévèrement critiqué par Olivier Marchal pour ses prises de position, Omar Sy a également exprimé sa satisfaction après les nombreuses manifestations de soutien à la famille d'Adama Traoré. "Je me réjouis qu'on en prenne conscience aujourd'hui", s'est-il d'abord félicité, avant de poursuivre : "Je reçois beaucoup de messages de tous horizons, y compris venant de policiers, qui font dignement leur travail et se sentent salis par les violences commises par certains de leurs collègues. Ces gens se sont tus trop longtemps parce que la pression est trop forte. Que la parole se libère enfin, avec peut-être une espèce de #Metoo des keufs, tant mieux."

Et l'acteur d'"Intouchables" de conclure : "La mort d'un homme dans le cadre d'un usage disproportionné et abusif de la force doit être réprimée. (...) George Floyd et Adama Traoré avaient des points communs : ils étaient tous deux noirs, de grande carrure, leurs vies ont basculé dans l'horreur en quelques heures. Pour rien. Je mesure 1,92 m, je suis noir, je leur ressemble. Est-ce qu'il peut m'arriver la même chose qu'à eux demain ? Est-ce que cela risque d'arriver demain à mes enfants ? À vos enfants ? Cette peur sans nom, cette peur injustifiée qui enfle dans nos vies, doit disparaître."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.