Omar Sy ne "regrette pas" sa lettre ouverte contre les violences policières

Omar Sy ne "regrette pas" sa lettre ouverte contre les violences policières
Omar Sy à la conférence de presse du film "Police Night Shift" lors de la 70ème édition du festival international du film de Berlin, le 28 février 2020.

Omar Sy n'a pas de remord. Un an après la publication de sa lettre ouverte, au mois de juin 2020 dans L'Obs contre les violences policières, il revient sur ses propos.

En juin 2020, Omar Sy ose parler. Après le meurtre de George Floyd par un policier aux États-Unis, le comédien publiait une semaine plus tard, dans les colonnes de L'Obs, une lettre ouverte pour dénoncer les violences policières. "J'appelle au changement, à la remise en cause d'un système qui ne peut prétendre à la justice sans mettre fin à l'impunité organisée qui sévit depuis des décennies", avait-il écrit.

En tant que personnalité publique, il était important pour l'acteur de mettre des mots sur cette actualité. "La plupart des gens qui ont lu la lettre l'ont comprise", a-t-il expliqué dans les colonnes de The Guardian, dimanche 30 mai 2021, avant d'ajouter : "Certains, non. Il y a des gens qui ont dit qu'ils ne verront plus mes films en France. Je savais en écrivant cette lettre qu'elle affecterait mon travail. Mais je devais le faire. Je devais le faire. Étant donné mon statut en France, je devais lancer un message aux jeunes hommes qui me ressemblent."

"Je ne dis pas que toute la police est raciste"

En pleine promotion pour le lancement de la deuxième partie de "Lupin" sur Netflix, qui sera diffusée à partir du 11 juin, le comédien était invité ce mardi 1er juin sur France Inter. Lors de l'entretien, il n'a pas hésité à réitérer ses propos concernant sa lettre. "Je ne regrette pas la lettre, je regrette les réactions qu'elle a provoquées", a-t-il expliqué avant de poursuivre : "Quand je dis qu'il y a des policiers qui sont racistes, je ne dis pas que toute la police est raciste, ni que je suis contre la police."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.